Rivalino, abduction définitive???

Qui se souvient correctement de cette soirée ou nous avons mangé en famille dans une auberge campagnarde ? Sur le chemin du retour vers 23H un ouvrier des ponts et chaussées s’est mis en travers de la route…

  • Bonsoir Monsieur. Nous faisons une réparation urgente, roulez lentement sur le bord le plus à droite de la route. Excusez du dérangement.

Puis nous sommes rentré dormir. Le lendemain nous avions oublié ces travaux improbables au milieu de nulle part, pour une urgence étonnante….

D’ailleurs qui se souvient de cet incident ?

Quand le réel semble dépassé, nous sommes assez dépourvu.

C’est l’histoire de Rivalino Mafra da Silva.

Mineur malchanceux, veuf, il peinait à subvenir aux besoins de ses enfants. Le peu de diamant qu’il trouvait devait alimenter un circuit commercial frauduleux et ne lui laisser que de tristes miettes.

Rivalino vivait à Diamantina ; quartier de Duo Puontes, dans l’état du Minas Gerais au nord de Rio de Janeiro (Bresil).
Le nom de son village ; Diamantina fait écho à San Damiano. Village italien où il y eut, dans les années 1960, des apparitions de la Vierge lors de phénomènes solaires proches de ce qui a été observé à Fatima.

J.Vallée a déjà relevé que le phénomène UFO jouait avec les noms. J ; Keel a écrit de nombreux textes sur ce sujet.

Personne ne comprend ni n’explique cela.

L’histoire de Rivalino fut d’abord relatée par la presse locale. Puis reprise par différent organes de presse dont « Domenica del corriera » du 30/09/1962.

Sur place, au Bresil, le docteur Olavo T. Fontes qui était correspondant de l’APRO, s’est mis a enquêter. Le Dr. Fontes avait produit des articles pour le magazine FSR concernant notamment le cas Villa Boas.

Cependant la réalité de affaire Mafra da Silva, reste encombrée par de nombreux ajouts, des embellissements postérieurs aux premières enquêtes.

Ce qui est établi en tentant de dégager les anecdotes sujettes à caution ; le fils de Rivalino ; Raimundo, âgé de 12 ans s’est rendu à la police de Dua Pontes, pour signaler la disparition de son père.

Les policiers ont pensé que le garçon couvrait les actes d’un adulte de sa connaissance qui aurait tué Rivalino, ou pire qu’il ait tué son propre père..

Le fils de Rivalino a répété de nombreuses fois la même histoire. Il a été examiné par un psychiatre qui a jugé que le garçon avait vécu un événement traumatisant, qu’il était très vraisemblable qu’il dise la vérité.

Rivalino a trois enfants au moment des faits. Il est veuf depuis 1961, père de trois enfants ; Raimundo 12 ans, Fatimo 6 ans, Dirceu 2 ans.

Ils vivent tous les quatre dans une cabane en lisière de forêt. Durant la nuit du 19 au 20 août 1962, une ombre étrange aurait traversé la chambre commune avant de quitter les lieux.

Une autre version ajoute que la famille aurait entendu des voix venant de l’extérieur. Une des voix aurait dit « il s’agit de Rivalino ». L’intéressé aurait bondi pour demander aux « voix » de s’identifier. Comme réponse il aurait entendu « qu’ils allaient le tuer ».

Cette version semble accréditer l’hypothèse d’un règlement de compte entre prospecteurs.

Mais l’histoire rapportée par Raimundo est bien différente.

Le matin venu, il est sorti de la cabanne pour seller le cheval de son père.

Devant la maison, à 3 mètres de la porte, il y avait deux objets qui volaient en émettant un bourdonnement et des « étincelles ». L’un était blanc l’autre rayé blanc et noir. Tous deux avaient des sortes de petites antennes et une sorte d’appendice en forme de petite queue.

(Il est possible que la queue ait été confondue avec les antennes car les dessins de Raimundo, ne font pas apparaître d’antennes).

Aux appels de Raimundo, Rivalino est accouru. Il a ordonné à son fils de reculer.

Les deux objets se sont « rassemblés », ils ont émis une fumée jaune à l’odeur nauséabonde.

Lorsque la fumée s’est dissipée, Rivalino n’était plus là !

Prévenue, par le garçon, la police est venue. Il est a signaler que certaines versions font état de gouttes de sang trouvée devant la maison. Les moyens techniques ne pouvaient, pas à cette époque, en ce lieu, permettrent d’identifier à qui il appartenait.

Les policiers ont particulièrement observé le vol des oiseaux charognards mais rien ne fut concluant.
Rivalino avait disparu.

Une version tardive ajoute que des résidents de Diamantino, quelques jours avant le 19 août, auraient vu des « nains » de 3 pieds de haut (1 mètre) creuser le sol près de la maison de Rivalino. Découvert les nains auraient fui vers des buissons d’où un OVNi aurait décollé.

Par la suite en 1963 il est possible que le corps décharné de Rivalino ait été trouvé dans une zone très difficile d’accès. Il était impossible d’identifier les reste de l’homme, seule sa ceinture aurait été formellement reconnue (Preuve assez mince)

La menace de mort entendue dans la nuit, les gouttes de sang, le corps retrouvé un an plus tard semblent étayer la thèse du meurtre.
La ténacité de Raimundo a relater la même histoire sans jamais s’en détourner atteste plutôt d’une mystérieuse disparition ; une abduction définitive.

Il nous apparaît que la manifestation de ce phénomène est étonnant. Les monstres anciens, les dragons crachaient de la fumée, des nuages de brumes, et ils kidnappaient les humains.

S’agit-il d’une version actuelle de contes anciens ??????

Deux cas que nous ignorions

A. s’est procuré un livre écrit par J.G.Dohmen, édité par les éditions Travox à Biarritz en 1972.

Le titre est « A identifier, et le cas Adamski »

Dans ce livre l’auteur rapporte deux cas d’abduction dont une définitive, que nous ne connaissions.

1/ En 1962 (pas de précision de mois ni de jour), le journal de Milan « Domenica del Corrière », relate qu’un garagiste de Blagne  en Calabre; Luciano, Galli rencontrait régulièrement deux automobilistes qui le saluaient amicalement.

Un jour, les deux hommes ont proposé au mécano de l’accompagner hors de la ville. Luciano accepta. Arrivé en un lieu isolé Un disque est venu se poser.Luciano fut invité à monter à bord. L’engin s’est envolé. Le mécanicien à vu par un hublot la terre s’éloigner et a remarqué que d’autres engins se regroupaient. Ensemble ils sont arrivés dans une gigantesque structure composée de plusieurs couloirs larges d’un demi kilomètres de diamètre, pouvant contenir 50 disques volants. Puis une discussion eut lieu en italien entre le garagiste et les hommes de l’espace. La teneur de ces échanges n’est pas mentionnée.

Puis Luciano fut ramené à terre et reconduit chez lui.

Il ne parla pas de son aventure de sorte qu’il ne se souvenait plus de la date exacte de ce vol.

2/ Le même journal fait état d’un fait arrivé à Duas Pontas près de Belo Horizonte, un enfant de 9 ans à dit qu’il prenait le frais avec son père dans la cour de la ferme familiale. Un « dishi volante » s’est posé et a « aspiré » l’adulte. La police et les services sociaux ont placé l’enfant en hôpital psychiatrique pour évaluer son état mental.

L’enquêteur italien (qui semble avoir emprunté ces faits à J.A. Keel), très sceptique conclu que la seule certitude est qu’après des anneés, l’adulte n’a jamais reparu.

Corrado Malanga

Corrado Malanga, dont nous aimons les travaux a publié il y a quelques temps un Test d’Autoévaluation pour ceux qui pensent avoir été abducté.

Voici les coordonnées;

https://alienabductionsblog.files.wordpress.com/2014/03/tav-4-01-francaise.pdf

Activer la phrase TAV 4.01 française.

Sur un livre d’E Fiore

Nous avons trouvé sur le site «  news of to morrow », un article sur un livre écrit par d’Edith Fiore. http://newsoftomorrow.org/abductions/recherchesref/edith-fiore-rencontres-resume

Cette dame, psychothérapeute, pratique l’hypnose pour guérir (ou soigner), ses patients possédés par des esprits malfaisants. Nous avons eut un a priori négatif.

Cependant en relisant l’article à défaut de lire le livre qui n’est pas traduit depuis 1989, il nous est apparu comme  un étrange mélange de sottises, de messages new-âge, et de possibles vérités.

Distinguer le signal dans le bruit n’est pas chose facile.

Il ya une constante(ou presque), c’est la sortie du corps des victimes. Elles quittent leur corps physique, et observent ce que les aliens font à leur organisme.

Le premier témoignage celui de Sandi, parle d’un cylindre. Nous trouvons ce même type de témoignage dans la relation des abductés d’Ecosse.  https://area51blog.wordpress.com/category/differents-phenomenes-lies-a-lufologie/les-abductions/page/7/

Ce phénomène du cylindre peut se retrouver dans les témoignages de Linda qui voit « une machine a renouvellement cellulaire, celui de Sherry « qui change de corps dans le vaisseau », celui de Ted qui va dans un cylindre de lumière, celui de D.Tai ou encore celui de Fred. Ceux de Victoria et James sont beaucoup moins probant.

Cette description de cylindre qui occasionne des « changements » de corps nous a rappeler l’article de C. Malanga ; http://transition888.heavenforum.org/t406-interferences-extraterrestres-corrado-malanga

(Allez si vous le souhaitez au chapitre intitulé «  troisième niveau »)

De plus une des patientes d’E. Fiore parle de « groupes de pression » et non de races aliènes. Tout comme le suggère C.Malanga.

Les échos entre l’article de Malanga et certains dits des patients nous est apparu intéressant.

Il ya bien sûr le cas du guerrier Dan. Nous ne pouvions le rejeter d’un revers de main. L’histoire est trop absurde, trop incroyable pour qu’elle n’ait pas un rôle.

Nous avons pensé au cas de Gerry Irwin. Mystérieuse mésaventure tragique qui advint à un militaire américain. Croyant voir un avion se crasher, il part au secours de survivants. Il n’y a rien. Il est retrouvé une demi  heure plus tard par la police du comté. Sa première question «  y-a-t’il des survivants ? ». (Cette histoire est largement reprise par J.Vallée, et d’autres sites ufologiques)

Cependant, Dan le guerrier extraterrestre, étaye l’HET, et parle aussi de prendre possession du corps d’un garçonnet. Ce que semble confirmer la patiente Gloria. Certains humains seraient « habités » par le mental d’extraterrestres.

Mystification voulue par les « ultraterrestres » ou réalité ?

Le résumé de ce livre d’E. Fiore milite pour une forme simpliste du phénomène OVNI.

Il ya les humains indispensables aux « extraterrestres »  et eux. Ils semblent au fil des descriptions polymorphes, rarement sympathiques. Ils seraient le sommet de toute la problématique UFO. Cela nous  semble tellement réducteur.

Certains détails sont ahurissant ; l’alien qui inscrit des « X » ou des « O » sur une feuille de papier qui serait le résultat d’un examen médical approfondi. Les hôpitaux européens sont passés au stade numérique.

Nous souhaitions mettre en évidence les rapports entre les travaux de Malanga et ces témoignages.

Mémoire d’ailleurs…..

A regarder les événements ufologiques, a lire les rapports de RR3, il est des questions qui viennent spontanément. Nous avons des cas très nombreux de rencontres d’humains avec des entités que l’on peut qualifier d’extraterrestres ou « d’autres dimensions ». Le travail d’Albert Rosalès que chacun peut consulter sur le site UFOINFOs détaille des centaines de cas depuis l’antiquité jusqu’à nos jours.

Ces rencontres ne sont plus guère sujettes à caution.

Il n’en est pas de même des cas d’abduction. Les travaux de quelques chercheurs ; Hopkins, Mack, Jacobs ou Keel, ont apporté  des « pistes » de réflexions. Mais le sujet reste controversé.

Déjà, pourquoi les RR3 ne sont-elles pas aussi des abductions ??? Ces rencontres seraient-elles le résultat d’un concours inopiné de circonstance ?? Alors que les abductions feraient partie d’une sorte de cahier des charges. Lire la suite

L’heure de la nouvelle récolte est proche »

Étonnant témoignage datant des années 30

 

Lieu. Mayaguez, Porto Rico

Date : 1934

Heure : matin,

Un jeune garçon Juan Rivera Feliberti, faisait voler un cerf-volant dans un champ à l’extérieur de la ville. Tout d’un coup il a senti quelque chose tirant sur le cerf-volant, en regardant en l’air, il pouvait voir une sphère  argentées, d’environ 20 m de diamètre. Un faisceau de lumière a été dirigé de la sphère vers le témoin.  Il a ensuite flotté vers le  haut et est entré dans la sphère par une ouverture sur le dessus.

Il a ensuite été emmené dans une autre pièce, ou une petite fille  lui montre une boîte qui a émis  des images. La petite fille a alors montré au témoin une petite boîte pleine de boutons colorés, lui  demandant  s’il voulait jouer avec elle. La jeune fille alors pressé quelques boutons sur le boîtier et tout à coup un nuage de fumée en spirale est sorti. La fumée a pris la forme d’une créature simiesque; bientôt plusieurs « singes » étaient sortis de la boîte.

La jeune fille a alors demandé Juan s’il voulait négocier le cerf-volant  contre la boîte et il a accepté.

Il a finalement été déposé à l’endroit même où il a été enlevé.  Il  s’est tordu une cheville dans l’action.

Selon Juan il a gardé la boîte étrange durant une longue période, et même  a diverti ses petits amis avec le « truc de singe. »

Curieusement, les adultes ne pouvaient pas voir les singes, seuls les enfants les voyaient. En fin de compte les singes lui ont causé de gros problèmes parce qu’il ne pouvait pas les contrôler et, plus tard, il a fini par enterrer la « machine » dans le sol d’une montagne voisine.

(Cependant, il estime que certains des singes, s’étaient échappés et sont probablement encore en itinérance de la brousse portoricaine.)

En plus tard  durant sa vie, Juan Rivera, eut d’autres expériences étranges, y compris des rencontres avec des femmes étrangères qui l’incitaient à faire l’amour avec elles. Il affirme également avoir reçu un message télépathique lors d’une de ses rencontres: «L’heure de la nouvelle récolte est proche. » Le sens  de cette phrase est incertain.

 

Addition de HC # 277

Source: Sebastian Robiou Lamarche, Manifeste Ovni en Puerto Rico

Santo Domingo Y Cuba

Transmis par A.S. Rosalès. Thank’s

Les « étrangers » demandent de l’eau.

Emplacement. Butzbach, Hessen  Allemagne 1980

Date: le 23 mars 1980

Heure: 3h20.

Le propriétaire  d’une auberge forestière,  a été éveillé  dans la nuit  par les aboiements incessants de ses chiens. Quand il a ouvert la porte, deux hommes portant des costumes argentés étaient debout devant la porte, ils ont alors demandé au témoin, un verre d’eau. Ils parlaient un Allemand parfait. Le témoin a remarqué que leurs caractéristiques faciales étaient presque identiques chez l’un et l’autre. La peau légèrement bronzée, les cheveux bruns, la tête nue. Il a alors accompagné les deux hommes vers la salle à manger et leur a demandé d’attendre au comptoir. Il a été chercher une bouteille d’eau minérale. Comme il allait  chercher l’eau, il a entendu les deux étrangers parler dans une langue inconnue. Les hommes ont bu l’eau, remercié l’aubergiste et ensuite ils ont promis de revenir dans quatre mois. Le témoin a alors observé les hommes traverser la cour de l’auberge, vers un champ voisin. Là, il a pu voir un très grand objet plat qui brillait d’une lumière éblouissante. Ceci l’a choqué, Il a couru au téléphone et a appelé la police. Quand il est revenu à la porte il a observé l’objet en forme de disque s’envoler verticalement, émettant un bourdonnant et partir au loin à une vitesse incroyable. Quand la police est arrivée l’objet était déjà parti, mais a constaté que l’homme  était  absolument sobre et nerveux.

 

HC complément(addition) * 206

Source : Ulrich Magin et OVNI sur l’Allemagne, Michael Hesemann 1997

 

Ce texte d’A. Rosalès est étonnant.

Deux « étrangers» quasi clonés qui viennent de nuit demander un verre d’eau à un aubergiste.

Faire, peut-être, un voyage dans le temps ou dans l’espace pour un verre d’eau, voilà qui est étonnant.

Ils parlent l’Allemand ; serait ce une expérience militaire ?

Le côté absurde de la demande m’incite plutôt à penser qu’ils sont bien « d’ailleurs ».

Dans les contacts avec les « étrangers » l’aspect  absurde des demandes ou des réponses est souvent une constante.

L’attitude des chiens est aussi à regarder. Ils ne sont pas terrorisés, ils remplissent juste leur rôle de gardien.

Les chiens ont des attitudes étonnante ; parfois paniqués, parfois agressifs, rarement amicaux avec les « étrangers » ici, ils se contentent d’avertir le propriétaire de la présence de deux intrus.

 

Cette « rencontre » son objectif ; un verre d’eau, puis le départ calme et tranquille jusqu’à un objet en forme de disque qui est « sagement » stationné dans le pré voisin.

Tout est irréaliste, ce qui conforte l’hypothèse de voyageurs « étrangers »