Rivalino, abduction définitive???

Qui se souvient correctement de cette soirée ou nous avons mangé en famille dans une auberge campagnarde ? Sur le chemin du retour vers 23H un ouvrier des ponts et chaussées s’est mis en travers de la route…

  • Bonsoir Monsieur. Nous faisons une réparation urgente, roulez lentement sur le bord le plus à droite de la route. Excusez du dérangement.

Puis nous sommes rentré dormir. Le lendemain nous avions oublié ces travaux improbables au milieu de nulle part, pour une urgence étonnante….

D’ailleurs qui se souvient de cet incident ?

Quand le réel semble dépassé, nous sommes assez dépourvu.

C’est l’histoire de Rivalino Mafra da Silva.

Mineur malchanceux, veuf, il peinait à subvenir aux besoins de ses enfants. Le peu de diamant qu’il trouvait devait alimenter un circuit commercial frauduleux et ne lui laisser que de tristes miettes.

Rivalino vivait à Diamantina ; quartier de Duo Puontes, dans l’état du Minas Gerais au nord de Rio de Janeiro (Bresil).
Le nom de son village ; Diamantina fait écho à San Damiano. Village italien où il y eut, dans les années 1960, des apparitions de la Vierge lors de phénomènes solaires proches de ce qui a été observé à Fatima.

J.Vallée a déjà relevé que le phénomène UFO jouait avec les noms. J ; Keel a écrit de nombreux textes sur ce sujet.

Personne ne comprend ni n’explique cela.

L’histoire de Rivalino fut d’abord relatée par la presse locale. Puis reprise par différent organes de presse dont « Domenica del corriera » du 30/09/1962.

Sur place, au Bresil, le docteur Olavo T. Fontes qui était correspondant de l’APRO, s’est mis a enquêter. Le Dr. Fontes avait produit des articles pour le magazine FSR concernant notamment le cas Villa Boas.

Cependant la réalité de affaire Mafra da Silva, reste encombrée par de nombreux ajouts, des embellissements postérieurs aux premières enquêtes.

Ce qui est établi en tentant de dégager les anecdotes sujettes à caution ; le fils de Rivalino ; Raimundo, âgé de 12 ans s’est rendu à la police de Dua Pontes, pour signaler la disparition de son père.

Les policiers ont pensé que le garçon couvrait les actes d’un adulte de sa connaissance qui aurait tué Rivalino, ou pire qu’il ait tué son propre père..

Le fils de Rivalino a répété de nombreuses fois la même histoire. Il a été examiné par un psychiatre qui a jugé que le garçon avait vécu un événement traumatisant, qu’il était très vraisemblable qu’il dise la vérité.

Rivalino a trois enfants au moment des faits. Il est veuf depuis 1961, père de trois enfants ; Raimundo 12 ans, Fatimo 6 ans, Dirceu 2 ans.

Ils vivent tous les quatre dans une cabane en lisière de forêt. Durant la nuit du 19 au 20 août 1962, une ombre étrange aurait traversé la chambre commune avant de quitter les lieux.

Une autre version ajoute que la famille aurait entendu des voix venant de l’extérieur. Une des voix aurait dit « il s’agit de Rivalino ». L’intéressé aurait bondi pour demander aux « voix » de s’identifier. Comme réponse il aurait entendu « qu’ils allaient le tuer ».

Cette version semble accréditer l’hypothèse d’un règlement de compte entre prospecteurs.

Mais l’histoire rapportée par Raimundo est bien différente.

Le matin venu, il est sorti de la cabanne pour seller le cheval de son père.

Devant la maison, à 3 mètres de la porte, il y avait deux objets qui volaient en émettant un bourdonnement et des « étincelles ». L’un était blanc l’autre rayé blanc et noir. Tous deux avaient des sortes de petites antennes et une sorte d’appendice en forme de petite queue.

(Il est possible que la queue ait été confondue avec les antennes car les dessins de Raimundo, ne font pas apparaître d’antennes).

Aux appels de Raimundo, Rivalino est accouru. Il a ordonné à son fils de reculer.

Les deux objets se sont « rassemblés », ils ont émis une fumée jaune à l’odeur nauséabonde.

Lorsque la fumée s’est dissipée, Rivalino n’était plus là !

Prévenue, par le garçon, la police est venue. Il est a signaler que certaines versions font état de gouttes de sang trouvée devant la maison. Les moyens techniques ne pouvaient, pas à cette époque, en ce lieu, permettrent d’identifier à qui il appartenait.

Les policiers ont particulièrement observé le vol des oiseaux charognards mais rien ne fut concluant.
Rivalino avait disparu.

Une version tardive ajoute que des résidents de Diamantino, quelques jours avant le 19 août, auraient vu des « nains » de 3 pieds de haut (1 mètre) creuser le sol près de la maison de Rivalino. Découvert les nains auraient fui vers des buissons d’où un OVNi aurait décollé.

Par la suite en 1963 il est possible que le corps décharné de Rivalino ait été trouvé dans une zone très difficile d’accès. Il était impossible d’identifier les reste de l’homme, seule sa ceinture aurait été formellement reconnue (Preuve assez mince)

La menace de mort entendue dans la nuit, les gouttes de sang, le corps retrouvé un an plus tard semblent étayer la thèse du meurtre.
La ténacité de Raimundo a relater la même histoire sans jamais s’en détourner atteste plutôt d’une mystérieuse disparition ; une abduction définitive.

Il nous apparaît que la manifestation de ce phénomène est étonnant. Les monstres anciens, les dragons crachaient de la fumée, des nuages de brumes, et ils kidnappaient les humains.

S’agit-il d’une version actuelle de contes anciens ??????

Publicités