Point Pleasant; temps manquant

 

Dans son livre traduit en Français sous le titre « la prophétie des ombres », Keel rapporte une anecdote très étrange.

En cette année ; 1967 Keel enquêtait sur les observations du mothman et des autres phénomènes insolites se déroulant à Point Pleasant.

De nombreux incidents ont eu lieu dans cette ville de Virgine ; des observations d’OVNIs, des MIB, des lumières qui apparaissaient avant de disparaître aussitôt, puis la chute du pont et les victimes que cela a entrainé.

Keel a reçu les confidences d’un jeune couple.

Un couple d’amoureux qui avaient garé leur auto dans un endroit discret.

Installé pour ce que doit, en ce printemps de 1967, la chaleur permettait aux jeunes gens de se mettre à l’aise.

Vers 22H30, une lueur bleue est venue, elle devint aveuglante, et éclairait tout l’intérieur de la voiture.

De quoi perturber pour longtemps la libido des jeunes gens !

Le jeune homme a relaté ; « J’ai cru que c’était la police. Nous avons perçu tous les deux une sorte de chatouillement bizarre qui nous a flanqué la trouille de notre vie.

Je me suis relevé, j’ai fixé la lumière.

Ce n’était ni une torche électrique, ni un projecteur ; c’était une grosse boule de feu bleutée suspendue à moins d’un mètre du sol, juste à côté de la voiture.

Il y avait un bruit bizarre comme un murmure grave. Ce murmure s’est intensifié

Ma copine s’est mise à hurler, la lumière a légèrement reculé.

Une seconde après, elle était partie. Comme cela, d’un coup.

Nous nous sommes rhabillé à toute vitesse et nous avons filé vite fait »

L’incident se passe vers 22H30, il dure peu de temps, quelques minutes au maximum.

Lorsqu’ils regagnent la ville toute proche, il est minuit trente.

Ni le garçon, ni la fille n’ont de souvenirs pour cette période de deux heures.

Un temps manquant dont la durée n’est pas négligeable.

Le lendemain, ils se sont réveillé avec « un bon coup de soleil » qui les couvrait de la tête aux pieds.

Des questions viennent ; quand ont-ils été brûlé , qu’elle est la nature de cette lumière qui génère « un chatouillement », que s’est-il passé durant ces deux heures ????

Keel de conclure « Je me demande sérieusement si on ne parle pas que de ceux qui s’en sont sorti ».

Suite d’une abduction ?

En parcourant différents forums ufologiques, nous avons constaté que certains faits sont récurrents.

Chacun  fait cette constatation.

Par exemple ; l’observation de boules de lumière (très souvent blanche), l’approche rapide d’un point lumineux qui devient énorme en très peu de temps….

Nous sommes « accrochés » au témoignage pour tenter de le répertorier, le mettre en concurrence avec un autre récit quasi similaire.

En écoutant les témoins nous pouvons constater que le phénomène de l’abduction ou simplement de l’observation ne se limite pas à une séquence précise.

La méthodologie semble plus complexe en termes de temps et de suivi.

Ne pouvant donner des chiffres précis, nous évitons les pourcentages,  de plus sont tout à fait inutiles.

De très nombreux abductés l’ont été depuis leur enfance.

Ou du moins ont-ils vécu des épisodes étranges.  A l’âge adulte, ces personnes ayant vécu enfant, des phénomènes qui les ont « marqués », observent  très souvent quelques heures ou quelques jours avant une nouvelle abduction, un OVNI, ou une « ombre encapuchonnée ».

L’observation d’un OVNI dans certains  cas peut révéler un « missing-time ».

Nous avons tous présent à l’esprit cette constante du suivi des étrangers vis-à-vis d’un individu.

Parfois, celle-ci est mise en corrélation avec la présence d’un implant.

De très nombreuses victimes constatent qu’après une abduction, ou une RR3, elles se réveillent systématiquement vers 3h du matin.

Cette heure ; 3heure du matin est « chargée », tant pour les ufologues que pour les ésotéristes. Chacun apporte son explication judicieusement logique. Pour un même effet, il y aurait de très nombreuses causes…. (?)
Ce réveil presque programmé par une intelligence « d’une autre réalité », nous a incités à nous renseigner auprès de certaines personnes qui ont vécu des abductions, et de leur entourage.

Non sur les évènements précédents l’abduction, mais sur des suites éventuelles

Il apparait que les victimes d’abduction, vivent une période de troubles plus ou moins importants à la date anniversaire de leur enlèvement. Nervosité, petite déprime, insomnies, coïncident chaque année avec cette date.

Nous n’avons pas d’explication.

Les enlevés gardent-ils une sorte « d’écriture » dans leur mémoire ?

Revivent, en différé l’agression de l’abduction ???

Comment expliquer cette manifestation cyclique et régulière ?

Il serait judicieux que d’autres ufologues continuent à plus grande échelle cette recherche.

Abduction et faisceaux lumineux

La « lumière » et les OVNI sont partie intégrantes de nombreuses observations. D’abord les observations de nuits sont des lumières. Parfois gigantesques ; les lumières de Phoenix par exemple, parfois agressives comme à Prato. (http://rr0.org/science/crypto/ufo/enquete/projet/Prato.html).

L’observation trop rapprochée de petits gris, les amènent à utiliser des rayons de lumière « paralysante » contre les témoins, ces rayons ont souvent  des conséquences physiologiques qui apparaissent quelques jours  après l’incident.

Sur le blog de C.Macé, Claude Burkel a écrit un article concernant les propriétés de certains rayons émis par des OVNI. (http://ovniparanormal.over-blog.com/article-claude-burkel-evoque-les-faisceaux-lumineux-tronques-des-ovnis-60030069.html).

Voir aussi l’article de C.Macé http://ovnismace.unblog.fr/2007/05/10/les-etranges-faisceaux-lumineux-de-certains-ovnis/

Les rayons lumineux qu’ »envoient » les ovnis peuvent provoquer d’importantes altérations aux fonctionnements électriques et électromagnétiques de divers appareils.

Nous ne souhaitons pas engager la discussion sur ces phénomènes connus et « répertoriés ». Nous voulons  tenter de rassembler des corrélations, des indices qui lient les rayons lumineux aux abductions.

Il y a plusieurs faits récurrents.  De nombreux témoignages d’abductions  relatent que l’intérieur des vaisseaux est éclairé mais les victimes ne peuvent identifier l’origine de la lumière.

Des témoignages font état de l’observation d’un rayon lumineux puis d’un « temps manquant ».

Everglades 1965 USA Floride, un Ovni  lance un  faisceau lumineux et le témoin se réveille 8heures plus tard. L’OVNI laisse des traces de végétation carbonisée. Il y en a de très nombreux autres.

Beaucoup plus graves les faisceaux lumineux qui entourent des humains et au centre desquels, ils sont « aspirés » à l’intérieur d’un OVNI.

Il y aurait de nombreux cas à citer ; un rayon lumineux foudroie Walton et le soulève de terre, 5 novembre 1975. Doraty à Houston en 1973, en Basse- Silécie en 1980, la petite fille Russe en aout 2009, etc…

Point commun de ces récits, un rayon lumineux descend de l’engin vers le témoin, et il monte dans l’OVNI, exactement comme s’il était dans un ascenseur. Lire la suite

Temps manquant

Le temps manquant est un « fragment de vie » perdu que le témoin d’une observation d’OVNI, ou la victime d’une abduction, constate sans pouvoir se l’expliquer.

Le témoin ou la victime n’a pas de souvenir de ce qui s’est passé durant ce laps de temps. Ou les souvenirs sont vagues, très imprécis, parcellaires.

Là, commence le premier trouble pour l’individu.

Le temps manquant peut se révéler lorsqu’un témoin ou des témoins observent un OVNI. Sans le souvenir de l’approche de celui-ci, ni même d’un contact quelconque.

-> Ce fut le cas en 2009 dans le Nevada ; des amis observent des « lumières étranges », durant vingt minutes. De retour chez l’hôte, ils s’aperçoivent en regardant les horloges qu’ils sont restés en réalité 2 heures. Le temps s’est donc « arrêté » durant une heure trente (Le témoignage ne spécifie malheureusement pas si les montres des témoins se sont arrêtées)

-> Une autre possibilité peut se présenter ; un témoin déjà abducté, se remémore « une balade » nocturne dans un lieu où il rencontre deux personnes qui « bricolent » une installation électrique. Dans son souvenir, il situe les faits dans un bâtiment sur un carreau de mine loin de toutes habitations. Il voit de la lumière, il entend des voix, mais pas suffisamment pour comprendre. Pris de peur  le témoin fuit.

Quelques semaines après, de jour, le témoin  va sur les lieux ; la mine est abandonnée depuis 7 ans et les bâtiments détruit.

Il ne parvient pas à situer la date de ce souvenir. Le temps aurait « reculé » de sept ans.

Il est possible d’envisager une abduction, dont seul ce fragment  diffus de mémoire apparait. (Le témoin refuse de se souvenir plus, effrayé sans doute par ce qu’il a vécu)

Le temps manquant fait intervenir la mémoire et la conscience. Nous voulons dans ce post juste considérer l’aspect du temps.

Deux autres récits sont intéressants.

L’un signale l’abduction de deux témoins qui écoutent un CD dans leur auto. Ils rencontrent un OVNi, vraisemblablement ils sont abductés (ils se souviennent d’un contact avec des petits gris). Revenu dans leur auto ils entendent exactement la même musique que lorsqu’ils ont aperçu l’OVNI. Comme si a partir de l’observation jusqu’à la fin de l’abduction, ils se situaient dans un temps « stabilisé ».

L’autre témoignage est plus étrange. Un jeune couple  roule en voiture, malencontreusement la jeune femme casse le  téléphone portable sur lequel ils écoutaient de la musique. Le conducteur en colère jette le téléphone à l’arrière de la voiture.

Une abduction du couple a lieu. Durant toute l’abduction les deux victimes entendent le programme musical qu’ils écoutaient avant de casser le téléphone.

De retour dans la voiture le jeune homme vérifie, le téléphone est cassé.

Témoignage étonnant ; durant l’abduction le temps  à-t’il « reculé » ???

Les témoignages de temps manquant sont assez unanimes ; le temps s’arrête ou est modifié.

Cela pose aussi la question, qu’en est-il d’éventuels témoins qui passeraient sur une route lorsqu’une auto est arrêtée et les occupants abductés ?

Faut-il imaginer que les lieux des abductions sont momentanément soustraient de la « réalité » de notre terre ?

Le principe immuable de la physique d’Einstein est remis en question de façon radicale.

Cela peut expliquer la raison qui fait que les scientifiques refusent d’aborder le phénomène OVNI. Ils seraient obligés de remettre en question toutes les certitudes de la science actuelle.

Rémy Chauvin a dit que le passé, le futur, le présent, ne sont qu’un « présent » qui se déplace.

Un peu comme sur un échiquier on déplace des pions, notre perception du moment avance de case en case pour être le passé ou devenir notre futur.

Le temps manquant serait l’immobilisation dans une « séquence » de ce déroulement du temps.

De même pour  les observations  qui décrivent la disparition soudaine d’un OVNI comme s’il s’éteignait, il  peut s’agir du « passage » vers une autre case de l’échiquier du temps. (Ou de l’espace)

Dans les témoignages de temps manquant, notre perception du temps n’est pas en cause, ce qui est « modifié » c’est la continuité permanente de la matière dans la chronologie.

La matière, les objets, les êtres, la nature « quittent » la continuité de ce qui est perçu ou percevable pour exister ailleurs en l’absence des repères habituels. Cet « ailleurs » nous ne pouvons pas le comprendre ni même l’imaginer.

Le modèle du « corps noir », bien que principe  fondateur de la physique quantique bafouée dans de nombreuses observations, est intéressant.

Le corps noir un objet « idéal », qui absorbe toute l’énergie électromagnétique qu’il peut recevoir et n’en émet aucune. La lumière « définie » comme une onde électromagnétique est absorbée, d’où le nom de corps noir.

La conscience que nous avons de la continuité du temps, de la matière ressemble à notre écran d’ordinateur. Nous voyons une image sur l’écran. Il y a des pixels, entre chacun d’eux un « vide », que l’œil ne perçoit pas.

Ne pouvons-nous imaginer qu’il existe dans cette continuité espace-temps-matière, des « corps noir », comme les vides entre chaque pixel de notre écran ?

La  réflexion et les calculs de Planck permettent de calculer l’infiniment petit et l’infiniment grand de façon rigoureuse.

Nous ne pouvons imaginer que la matière n’existe pas. On postule l’antimatière, mais la matière à l’état « zéro » ?

L’équation de Planck aurait un résultat ni positif, ni négatif, un résultat « neutre ».

Lors des évènements qui font le temps manquant, le déroulement de la continuité de l’espace, du temps et de la matière, est peut être « situé » entre deux nœuds vers lesquels ils convergent.

De la sorte le témoin verra le décor « arrêté », et les bruits disparaitront.

L’OVNI peut agir comme un corps noir, absorber les rayonnements existants, mettre le témoin dans une « bulle » de temps ; entre deux pixels  de l’écran….

Les OVNI ne viendraient pas d’un univers parallèle pour y retourner, mais seraient dans le nôtre.  Ils utiliseraient des vecteurs que nous ignorons des lois de la physique universelle et en maîtriseraient parfaitement la technologie.

Nous voyons les pixels qui forment l’image sur notre écran d’ordinateur sans voir les interstices entre chacun d’eux, les OVNI évolueraient dans le champ des pixels et dans les vides existant entre chacun.

Broglie dit que toute particule est une vibration, les OVNI « surfent » sur cette « vague vibratoire » et sur son absence.

Ainsi une abduction ou une observation avec un temps manquant, juxtaposerait deux phénomènes ; l’OVNI  « resterait » dans un « interstice » de temps et « fonctionnerait » comme un corps noir.  Pour imager notre propos supposons un diaporama qui défile. Le témoin est à la première image, et vit le temps manquant, le diaporama continue à défiler pour un autre observateur, pas pour le témoin.

Des témoignages qui pourraient sembler anodins, aux détails « dérisoires » remettent en cause les fondements mêmes de notre science physique.