Pourquoi eux ??

Des réflexions longues,  qui n’apportent pas  de réponses, mais sans cesse plus de questions.

Peut-être, est ce pour cela que  le « monde ufologique » semble s’essouffler un peu.

 

 

L’homme est composé de matières organiques, puis selon que l’on soit religieux ou philosophe ; d’une âme, d’un esprit, d’une conscience, etc…

Ceci posé nous n’avons guère apporté de nouveautés.

Il reste la question qui nous occupe, pourquoi certains ou certaines sont abductés, pas d’autres.

 

Nous avons partagé l’idée que les abductés possèdent  un élément « inorganique » qui intéresserait, ou qui appartiendrait aux « ultraterrestres » et  dont ils viennent  régulièrement « vérifier » l’état. (Ce qui n’explique en rien le choix des individus impliqués). Nous avons aussi imaginé que les abductés  « enrichissaient » de leur malheureuse expérience les champs morphiques. De la sorte ils impliquaient toute l’humanité dans la conviction que la vie ailleurs que sur Terre existait.

Qu’elle possède une technologie qui nous dépasse grandement.

Cette hypothèse ressemble à la création d’un mythe bien humain, nous nous méfions de cela.

 

L’idée d’un élément inorganique que les abductés possèderaient et qui serait inspecté régulièrement, était celle qui nous semblait la plus plausible. Les travaux de C. Malanga sur ce sujet sont particulièrement intéressants. (Il nous semble qu’il a été le premier à mener si loin ces recherches).

 

 

Il y  a encore un hiatus ; les implants.

La preuve que les implants sont bien réels n’est plus à faire.

Vient alors la question pourquoi certains ont des implants pas d’autres ?

Il semble que les implants soient posés sur des terminaisons nerveuses qui ne correspondent pas aux lieux physiques où nous situons habituellement l’âme, l’esprit, la conscience. « Lieux » qui pourraient être le support de l’élément inorganique appartenant aux ultraterrestres.

De plus si toutes les personnes ayant un implant ont été abductées, tous les abductés ne sont pas porteur d’un implant.

 

Il y a une « cacophonie » d’informations. De nombreux ufologues ont suggérés que nous vivions dans un hologramme et que le phénomène OVNI  en serait une sorte de fenêtre.

Devant le flux important d’informations qui ne sont ni contradictoires ni complémentaires, nous pouvons envisager  que nous soyons non pas dans un hologramme, mais dans une superposition de plusieurs hologrammes.

 

Cela expliquerait que les récits d’abduction soient aussi différents, et que d’autres, nombreux, sont «  construit » sur le même schéma. Sorte d’examen médical traumatisant, qui semble sans autre but qu’un semblant de « contrôle » génétique.

 

 

 

Qu’y a-t‘il en commun entre l’abduction de Pascagoula, de celui des Hills, de Laundrum ???

 

A priori rien.

La certitude que l’abduction est causée par des entités « extraterrestres », l’étrangeté quasi absurde du déroulement de celle-ci et le mystère total sur son but, semble n’être que  les liens ténus qui relient les abductions.

Tout se passe comme si nous avions un sens, une compréhension dont nous n’avons pas conscience, et dont nous ne gardons pas la mémoire active des informations reçues ou vécues.

Ce qui pourrait expliquer le cas de cette américaine qui semble avoir été abductée et qui par la suite récitait ou énumérait de longues séries de chiffres, de nombres, de calculs totalement incompréhensibles pour elle et ceux qui les entendaient.

La « mémoire » remontait mais de façon incompréhensible.

L’abducté sait qu’il a vécu en dehors de la réalité de ce monde, mais il lui est impossible de savoir où.

La question la plus terrible est « pourquoi moi ? ».

A t’il été à Magonia, pays des fées, comme le suggère J.Vallée ?

Est-il parti pour l’univers des « esprits » des shamans ?

Nous ne savons toujours pas qui sont les entités que les volontaires des expériences de Strassmann ont rencontrées.

 

 

Il convient de constater que ni les fées, ni les « esprits » shamaniques, ni les entités «  de Strassman » n’ont indiqué aux humains comment quitter le cercle fermé de l’existence dans cet hologramme ou cette superposition d’hologrammes.

Quant aux « humanoïdes », que l’on peut penser « extraterrestres », ils n’ont de cesse de porter un message qui est sans grande signification, ou  absurde. Par ces non sens, ils semblent organiser le déni de leur propre réalité.

 

Le monde des « ultras terrestre » est interdit aux humains.

Mais alors pourquoi abducter certains humains, les enlever pour les amener dans ce « monde interdit » ???

Abduction de masse

Nous empruntons à l’ami Donald Cyr cet article.

Voici les coordonnées du blog de Donald;https://donald059.wordpress.com/

 

 Nazareth, Rimouski, Québec, juillet 1971.

Alain Duchesne fut enlevé (abduction) par les extraterrestres à plusieurs reprises dans sa vie. Mais son premier contact est arrivé à l’âge de six ans. Après avoir soupé l’enfant était sorti dehors pour aller jouer avec ses petits amis et tout à coup son attention fut attirée par les eaux du fleuve Saint-Laurent. Dans le ciel il y avait une lumière étrange qui émettait des flashes de toutes les couleurs. Les bambins se demandaient ce que ça pouvait bien être. Précipitamment, une autre lumière est sortie de la première et s’est dirigée vers la ville.

Les enfants criaient d’enthousiasme de voir ce phénomène qui se déroulait sous leurs yeux. Après son voyage vers la ville la lumière est revenue à son point d’origine. Puis après un certain temps. Le phénomène se reproduit à nouveau à plusieurs reprises avec d’autres lumières qui effectuait les mêmes manœuvres vers la ville et vers l’île de Saint-Barnabé située juste en face de la cité de Rimouski.

C’était un spectacle incroyable pour les jeunes enfants et surtout pour Alain, après quelques minutes à ce posé la question sur l’origine du prodige, ils ont pu apercevoir des gens qui se tenaient tout juste devant l’une des lumières qui se tenaient à plusieurs mètres du sol. Soudainement les enfants se rendirent compte que cette lumière amassait les gens. L’une des lumières s’est jetée vers eux à toute vitesse. La panique envahit notre jeune témoin et juste le temps de dire y en a une qui s’en vient ici que déjà la lumière était là et puis plus rien. Il se réveilla avec les autres enfants couchés les uns à côté des autres, épuisés et étourdis. Arrivé à la maison il regarda l’horloge sur le mur et remarquait qu’il était plus de 22 heures 30. Il lui manquait donc trois heures. Pendant 30 ans de son existence que notre ami se posa la question que s’est-il passé ? Arrivé à un certain moment de sa vie l’homme décida de fouiller dans les archives à journaux de la ville pour savoir s’il avait eu un évènement étrange qui avait été relaté dans les journaux de la région. Quel fut ça surpris de voir qu’à la date de son observation des centaines de gens de la région avait été témoin de phénomène étrange dans le ciel de Rimouski. Il n’avait pas rêvé. Un évènement inexplicable avait vraiment eu lieu. Duchesne trouva plein d’articles à journaux sur une vague d’ovnis dans sa région à cette époque-là. Après des mois de recherche dans les archives il décida de prendre un rendez-vous avec un hypnothérapeute pour enfin savoir ce qui s’était passé dans son enfance sur ce fameux temps manquant. Dans sa séance d’hypnose Alain remarqua qu’il avait d’autres personnes en plus de lui dans le vaisseau les êtres étranges avaient des yeux énormes d’un noir vitreux on aurait dit les yeux d’une mouche.

COMMENTAIRE DONALD CYR UFO : J’ai rencontré Alain Duchesne personnellement à plusieurs reprises entre 2007 et 2008.

 

mémoire parasite

 

Pour vendre des appareils informatiques, les publicités argumentent sur leur  capacité de mémoire. Le stockage de « la mémoire » est devenu une sorte de motivation première.
Archiver à toujours été une nécessité. Les Sumériens déjà, 3500 ans avant l’ère commune tenaient des registres de cadastres et du versement des « impôts ». L’archivage à évolué au cours des siècles de façon peu spectaculaire, prenant souvent la forme de bibliothèque.

Actuellement ce besoin d’archiver est devenu obsessionnel. 

L’ambiguïté de ce type de stockage est souvent de négliger le rapport entre information et connaissance, information et communication. L’information devient secondaire, le stockage primordial.

Pourquoi voulons nous à ce point stocker des informations, le plus souvent passées ?

Que nous apporte ce  procédé ?

                        Il pourrait s’agir d’une attitude induite, d’une attitude mimétique.

De Gurdjieff à Castaneda, de M. Harner à N. Kerner, de nombreux chercheurs pensent que l’humanité est sous l’emprise de « prédateurs ».

Ces prédateurs sont décrits comme des entités qui se « nourrissent » des émotions, des sentiments humains. L’homme n’est pas au sommet de la chaîne alimentaire, il n’en serait qu’un élément.

Platon déjà avec le « mythe de la caverne » avait tenté une explication du statut de l’homme. Plus récemment le film Matrix actualise le texte de Platon.

 L’humanité vit dans un décor parfaitement élaboré qui lui donne l’image de ce qu’elle doit voir.

Dès lors, pourquoi chercher ailleurs ce qui semble  bien réel dans nos vies ??

Lire la suite

Je n’ai pas dit que c’était possible, c’est réel

En simplifiant au maximum le scénario des abductions, nous pouvons résumer en disant que la victime est « neutralisée », par une énergie que nous ignorons, elle est transportée ailleurs.

Cet ailleurs peut-être un OVNI ou un lieu indéfinissable.

Là, la victime voit des entités, et par le regard un contact à lieu. Corrado Malanga a relevé que le  nerf optique est le nerf le plus court du système nerveux et qu’il « traverse » la profondeur du cortex humain. Il est peut-être le moyen le plus intrusif pour « entrer » dans la conscience de l’humain.

Existe-t’il, comme le suggère J.Mack  une extension de la conscience après cette épreuve ??

L’abduction ne laisse aucune trace, aucune preuve qui contente les scientifiques trop orienté vers le monde matérialiste.  Mais le phénomène des synchronicités, par exemple, existe et aucune preuve ne vient le prouver si ce n’est les expériences quotidiennes des personnes à qui cela arrive.

Contrairement à ce que pensent les scientifiques, le monde, l’univers n’est pas uniquement matériel.

Il existe un échange entre notre univers et d’autres.  La réalité ne se limite pas à notre univers que l’on a jugé comme un matériau mort. De même l’énergie et l’information sont considérées comme sans vie.

La réalité est un mouvement migratoire entre plusieurs mondes, nous ne percevons que des informations. Elle ne se limite pas à la seule « vérité » de notre monde physique.

Si l’abduction crée une agitation, c’est qu’elle  est liée au phénomène OVNI qui laisse des traces bien matérielles, et que la constance des témoignages partout dans le monde pose un vrai problème.

Mais aucun abducté n’est revenu avec une trousse à outils fabriquée ailleurs.

Cependant, ce que l’on appelle l’effet Oz,  un état modifié des capacités physiques et  de la conscience, prouve à chaque victime qu’il y a un effet physique. Elle doit reconnaitre que les entités qui procèdent  à son rapt sont réelles et possèdent une technologie, une intelligence qui nous dépasse.

Pour les scientifiques, accepter cela c’est admettre que nous sommes connectés à beaucoup plus que le monde physique, matériel.

La victime est confrontée à  une réalité qui dépasse l’entendement humain; il existe des énergies inconnues, des êtres d’ailleurs, et l’univers est beaucoup plus mystérieux et complexe que l’on imaginait.

Les abductions « donnent » suffisamment pour que l’abducté sache que cela est réel, mais pas assez  pour apporter une preuve au sens scientifique.

D’autres dimensions, d’autres espaces se manifestent dans la vie d’un individu. Il est normal d’être perturbé. Beaucoup moins que cela soit ignoré par la science académique. Et comment peut-on comprendre cela ???

Nous citons un scientifique anglais mandaté par la Royal society of science,  pour démontrer que le spiritisme était une grande farce il a dit « Je n’ai pas dit que c’était possible. J’ai dit que cela était réel »

Les « étrangers » demandent de l’eau.

Emplacement. Butzbach, Hessen  Allemagne 1980

Date: le 23 mars 1980

Heure: 3h20.

Le propriétaire  d’une auberge forestière,  a été éveillé  dans la nuit  par les aboiements incessants de ses chiens. Quand il a ouvert la porte, deux hommes portant des costumes argentés étaient debout devant la porte, ils ont alors demandé au témoin, un verre d’eau. Ils parlaient un Allemand parfait. Le témoin a remarqué que leurs caractéristiques faciales étaient presque identiques chez l’un et l’autre. La peau légèrement bronzée, les cheveux bruns, la tête nue. Il a alors accompagné les deux hommes vers la salle à manger et leur a demandé d’attendre au comptoir. Il a été chercher une bouteille d’eau minérale. Comme il allait  chercher l’eau, il a entendu les deux étrangers parler dans une langue inconnue. Les hommes ont bu l’eau, remercié l’aubergiste et ensuite ils ont promis de revenir dans quatre mois. Le témoin a alors observé les hommes traverser la cour de l’auberge, vers un champ voisin. Là, il a pu voir un très grand objet plat qui brillait d’une lumière éblouissante. Ceci l’a choqué, Il a couru au téléphone et a appelé la police. Quand il est revenu à la porte il a observé l’objet en forme de disque s’envoler verticalement, émettant un bourdonnant et partir au loin à une vitesse incroyable. Quand la police est arrivée l’objet était déjà parti, mais a constaté que l’homme  était  absolument sobre et nerveux.

 

HC complément(addition) * 206

Source : Ulrich Magin et OVNI sur l’Allemagne, Michael Hesemann 1997

 

Ce texte d’A. Rosalès est étonnant.

Deux « étrangers» quasi clonés qui viennent de nuit demander un verre d’eau à un aubergiste.

Faire, peut-être, un voyage dans le temps ou dans l’espace pour un verre d’eau, voilà qui est étonnant.

Ils parlent l’Allemand ; serait ce une expérience militaire ?

Le côté absurde de la demande m’incite plutôt à penser qu’ils sont bien « d’ailleurs ».

Dans les contacts avec les « étrangers » l’aspect  absurde des demandes ou des réponses est souvent une constante.

L’attitude des chiens est aussi à regarder. Ils ne sont pas terrorisés, ils remplissent juste leur rôle de gardien.

Les chiens ont des attitudes étonnante ; parfois paniqués, parfois agressifs, rarement amicaux avec les « étrangers » ici, ils se contentent d’avertir le propriétaire de la présence de deux intrus.

 

Cette « rencontre » son objectif ; un verre d’eau, puis le départ calme et tranquille jusqu’à un objet en forme de disque qui est « sagement » stationné dans le pré voisin.

Tout est irréaliste, ce qui conforte l’hypothèse de voyageurs « étrangers »

 

récurrences….

Un de nos amis nous a signalé l’émission de la télévision française, A2, « complément d’enquête », au cours de laquelle le présentateur a interrogé un médecin psychiatre militaire, qui prenait en charge les soldats français touchés par le « syndrome post traumatique », consécutif à la guerre en Afghanistan.

Ce psychiatre a mit l’accent sur la « résurgence » de ce syndrome lors de dates anniversaire.

Anniversaire de quoi???

Nous avons relevé par deux fois déjà sur ce blog que les abductés vivaient « un mal-être » lors des dates anniversaire de leur rapt.

Nous n’avons pas les compétences de ce médecin, juste vos expériences et les nôtres.

Ce phénomène du syndrome post traumatique s’inscrit dans une grande interrogation de la médecine.

Chaque expérience vécue, de la plus banale à la plus stressante met en fonction un système neurosensoriel.

Les neurones sensorielles, véhiculent une information périphérique vers la perception (la cognition?) grâce à un mécanisme physiologique et biochimique.

Le potentiel de transmission est stable de l’ordre de 100m/V, mais c’est la fréquence plus active qui détermine une situation de stress ou d’inquiétude.

A ce stade on peut imaginer que ces « transmissions » au delà d’un certain niveau de fréquence activeraient certains gènes spécifiques dans le noyau même de ces gènes.

ce système sollicite aussi l’activité de l’hippocampe et du corps amygdaloïde.

Nous sommes sur un domaine qui interfère entre la psychologie et la biologie;

Mais le stress de l’abduction que J.Mack a reconnu être similaire au syndrome post traumatique serait donc inscrit dans les gènes des abductés.

Tout comme les « blessés » de la guerre dont a parlé ce militaire sur A2, l’abduction serait donc « enregistrée » dans nos gènes.

Cela expliquerait la « résurgence » cyclique.
Et pour paraphraser J.Mack; « être humain mais marqué par « ailleurs », c’est peut-être cela la vraie hybridation ».

Embryon…?

Nous avons abordé, il y a un an environ, le problème de « l’hybridation » dans un post nommé « un nouveau déluge ».
Depuis des informations contradictoires sont apparues et nous font réviser notre jugement.

Un abducté raconte que ce sont des entités du type de Stéphenville qui lui ont fait visiter un « hangar » dont les murs étaient  couverts d’étagère sur lesquelles se trouvaient dans des bocaux des embryons humains.

Un autre abducté, lui par des « grands gris «  parle d’un laboratoire ou sont rangés des bocaux contenant des fœtus. A chaque fois les bocaux sont équipés de tuyaux apportant on ne sait quelle substance.

Enfin, une jeune fille va chaque mois apprendre à des enfants hybrides comment jouer comme des humains. (La récré une fois par mois c’est peu !) Cependant pour aller dans sa salle de classe elle doit porter un casque relié à une sorte de canalis qui lui fournit l’oxygène dont elle à besoin pour respirer. Durant son parcours dans l’OVNI. La salle de classe étant étanche, les enfants hybrides respirent le même air que nous et la jeune fille ôte son casque. Elle a put avant de commencer a donner « ses cours » voir un « hangar » dont tous les murs étaient eux aussi couvert d’étagère supportant des fœtus d’enfants « hybrides ».

Sur le net nous pouvons trouver de nombreux témoignages de cet ordre.

Plusieurs questions se posent.

Combien de races « étrangères » font ce genre de stock ?

Pourquoi faire ces stocks, qu’est-ce qui chez l’humain intéresse ces hybrides ?

Pourquoi des bocaux ? Ils n’ont pas dépassé le stade de la conserve ?

Autant de questions qui nous gênent.
Ajoutons à cela la permanence des tuyaux qui entrent dans le « liquide » qui enveloppe l’embryon, quelques soit « la race » concernée.

Pourquoi toujours des embryons et pas des enfants plus âgés ???

Créent-ils des embryons ou des « supports physiologiques » pour un élément qui leur est indispensable. Que nous possédons et qu’ils n’ont pas ou plus ?

AUCUN de ces témoins n’a pu tenir un de ces bocaux. Par contre un témoignage fait état de la destruction « colérique » de plusieurs d’entre eux par un « étranger » très contrarié.

Cela ressemble à une projection de cinéma 3D. Avec encore cette question pourquoi tant s’occuper des humains ???

Il y a cette théorie à laquelle nous avons souscrit et qui proposait que « les étranger » créent  une nouvelle humanité pour remplacer la nôtre lorsqu’elle serra détruite. (Le futur déluge)

Pourquoi est-ce toujours des « gris » qui font ce travail, jamais d’autres.

Depuis que l’on parle d’hybridation, les premiers hybrides doivent avoir largement l’âge de se reproduire.

Pourquoi alors encore infliger aux humaines le supplice du fœtus manquant ?

Il y a une permanence du témoignage et une incohérence  quant à la race, au principe de stockage archaïque (des étagères), et au but final……

Et une interrogation primordiale, faut-il que les ADN soient compatibles ?

Cependant il semble que si vraiment le fœtus est ôté à la mère humaine, il l’est juste avant que ne se ferme le bas de  la colonne vertébrale (Environ 3 mois). S’agit-il d’une  « période » propice  à certaines manipulations sur l’embryon????

Ce qui est étrange est que les « étrangers » ne semblent pas faire partie de notre «  monde » pourtant ils viennent, et nous ne savons pas ; des humains, de la planète ou des deux ce qui les intéresse.