Sur un livre d’E Fiore

Nous avons trouvé sur le site «  news of to morrow », un article sur un livre écrit par d’Edith Fiore. http://newsoftomorrow.org/abductions/recherchesref/edith-fiore-rencontres-resume

Cette dame, psychothérapeute, pratique l’hypnose pour guérir (ou soigner), ses patients possédés par des esprits malfaisants. Nous avons eut un a priori négatif.

Cependant en relisant l’article à défaut de lire le livre qui n’est pas traduit depuis 1989, il nous est apparu comme  un étrange mélange de sottises, de messages new-âge, et de possibles vérités.

Distinguer le signal dans le bruit n’est pas chose facile.

Il ya une constante(ou presque), c’est la sortie du corps des victimes. Elles quittent leur corps physique, et observent ce que les aliens font à leur organisme.

Le premier témoignage celui de Sandi, parle d’un cylindre. Nous trouvons ce même type de témoignage dans la relation des abductés d’Ecosse.  https://area51blog.wordpress.com/category/differents-phenomenes-lies-a-lufologie/les-abductions/page/7/

Ce phénomène du cylindre peut se retrouver dans les témoignages de Linda qui voit « une machine a renouvellement cellulaire, celui de Sherry « qui change de corps dans le vaisseau », celui de Ted qui va dans un cylindre de lumière, celui de D.Tai ou encore celui de Fred. Ceux de Victoria et James sont beaucoup moins probant.

Cette description de cylindre qui occasionne des « changements » de corps nous a rappeler l’article de C. Malanga ; http://transition888.heavenforum.org/t406-interferences-extraterrestres-corrado-malanga

(Allez si vous le souhaitez au chapitre intitulé «  troisième niveau »)

De plus une des patientes d’E. Fiore parle de « groupes de pression » et non de races aliènes. Tout comme le suggère C.Malanga.

Les échos entre l’article de Malanga et certains dits des patients nous est apparu intéressant.

Il ya bien sûr le cas du guerrier Dan. Nous ne pouvions le rejeter d’un revers de main. L’histoire est trop absurde, trop incroyable pour qu’elle n’ait pas un rôle.

Nous avons pensé au cas de Gerry Irwin. Mystérieuse mésaventure tragique qui advint à un militaire américain. Croyant voir un avion se crasher, il part au secours de survivants. Il n’y a rien. Il est retrouvé une demi  heure plus tard par la police du comté. Sa première question «  y-a-t’il des survivants ? ». (Cette histoire est largement reprise par J.Vallée, et d’autres sites ufologiques)

Cependant, Dan le guerrier extraterrestre, étaye l’HET, et parle aussi de prendre possession du corps d’un garçonnet. Ce que semble confirmer la patiente Gloria. Certains humains seraient « habités » par le mental d’extraterrestres.

Mystification voulue par les « ultraterrestres » ou réalité ?

Le résumé de ce livre d’E. Fiore milite pour une forme simpliste du phénomène OVNI.

Il ya les humains indispensables aux « extraterrestres »  et eux. Ils semblent au fil des descriptions polymorphes, rarement sympathiques. Ils seraient le sommet de toute la problématique UFO. Cela nous  semble tellement réducteur.

Certains détails sont ahurissant ; l’alien qui inscrit des « X » ou des « O » sur une feuille de papier qui serait le résultat d’un examen médical approfondi. Les hôpitaux européens sont passés au stade numérique.

Nous souhaitions mettre en évidence les rapports entre les travaux de Malanga et ces témoignages.

Publicités

Abductions, une recherche distincte

Nous constatons qu’à l’exception des « êtres encapuchonnés » qui s’observent souvent de nuit, de façon furtive dans une chambre ou une pièce d’habitation, peu d’humanoïdes sont observés seuls.

Nous ne connaissons pas de récit d’abduction durant lesquelles la victime serait seule avec un étranger ; quelque soit son apparence.

Souvent lors d’un rapt dans une chambre, ils sont trois. Un qui semble « ouvrir » la route vers un vaisseau, un second qui est proche de l’abducté et le troisième qui semble « fermer » la route ouverte dans la physique de la matière.

Lorsque la victime se trouve dans l’engin, elle est entourée de plusieurs entités.

Quelque fois le témoin « entend » une sorte de dialogue télépathique entre les étrangers. Dialogue qui est « parasité » par une sorte de « brouillard sonore ». Le plus souvent le seul bruit qui existe est celui de l’humain qui doit subir, assumer l’horreur,  qui crie et proteste.

La victime est sous l’emprise d’une force qui neutralise ses muscles volontaires, au pire lui impose des mouvements qu’elle refuserait de réaliser si elle le pouvait.

Cette force très précise dans son objectif, atteint le témoin de façon diffuse.

Lorsque l’abducté doit subir ; un examen, une épreuve, il est certain que tous les éléments étrangers présents, savent et « participent » en même temps à la finalité du processus.

Exactement comme si la capacité d’être des étrangers ne pouvait exister que collectivement, jamais individuellement.

Deux exemples sont étonnants.

Le premier,  que personne ne peut nier tant il a eut des témoins ; Varginha.

Les entités qui sont isolées sur notre sol sont incapables de réagir. Piloter un OVNI pour être si lamentablement inapte à réagir en cette situation de danger, voilà qui est étrange.

Le second beaucoup plus sujet à caution ; une des entités rescapée  du crash de Roswell cherche à fuir dans le sable lorsqu’elle voit les militaires. Tuée par une rafale d’arme automatique.

Ces deux cas reflètent une absence de conduite  appropriée, d’à propos, devant une situation grave pour leur intégrité.

Cela nous incite à supposer que les étrangers, du moins certains d’entre eux ne possèdent pas de personnalité. Ils acquièrent leur utilité, leur importance quand ils sont reliés aux autres, quand ils font partie du groupe.

Ils ne seraient que les éléments interchangeables d’un système plus « grand » dont nous ne percevons rien.

Souvent des abductés rapportent avoir « senti » une présence invisible, plus importante que les « mécanos » qu’ils observaient.

La mémoire des abductés ne peut alors porter que sur une « méthodologie » observable, dont ils ne peuvent imaginer les objectifs. Et ce dont ils se souviendront sera faussé et faux. Car la réalité qui met en place cette méthodologie, et son essence sont totalement inaccessibles aux humains.

L’absurdité, l’arbitraire des abductions seraient une variable de l’action d’un méta système sur l’esprit humain, au même titre que les observations et les RR3 ?

Dans le cas précis des abductions nous ne le croyons absolument pas.

Les abductés pour la plupart semblent « pistés » depuis l’enfance. Il s’agit là d’une suite historique, chronologique qui ne concède rien au hasard.

Nombreux abductés rapportent le même scénario ; s’il existe, ce méta système cherche à se protéger en mettant en place le même leurre.

Ce méta système se répète, il « radote » le même message, ce qui est peut-être une façon de décrédibiliser les victimes.

Il existe des traces physiques sur le corps des victimes.

 

Nous pensons qu’il faut, isoler les observations, les RR3,  revisiter notre vision des abductions qui sont un phénomène primordial pouvant permettre d’appréhender  l’organisation du « méta système » qui pourrait tenter d’agir au-delà de tous ce que nous pourrions imaginer.

 

Nous vous proposons ces deux citations de C. G Jung, même si nous pensons qu’elles ne  s’appliquent pas aux abductions qui sont un « révélateur » indépendant du phénomène OVNI.

 

Les ovnis en revanche semblent être des événements qui apparaissent et disparaissent de façon incompréhensible et qui ne légitiment leur existence que par leur relation analogique avec le processus psychique.  C.G.Jung.

 

La légende des ovnis montre nettement que le symbole latent essaie de transporter la conscience collective au-delà du conflit entre les opposés dans une sphère encore inconnue, C.G.Jung

 

Dans notre recherche il nous importe de comprendre comment les abductions ne seraient pas un évènement à analyser, mais un catalyseur d’une réflexion plus aigüe, plus profonde, différente.

Photocopie et lumières……

Cet été un résident des bords de Loire a vécu un curieux incident.angles_et_paralleles_un

La nuit tombée, il était dans son jardin avec son ordinateur portable quand il a regardé le ciel et observé plusieurs disques en altitude. Puis brusquement venant derrière lui est apparu un engin lumineux qui s’est arrêté juste au dessus de lui. Le disque a projeté une lumière blanche vers le témoin assis. L’émotion du témoin fait que la relation des faits est peu précise ; durée de cet éclairage, le rayon était-il diffus ou au contraire très délimité (en forme de cône par exemple). Puis tout s’est éteint, notre témoin était pour le moins secoué.

 

Une internaute du Middle West ; Katleen, (pseudo) rentre chez elle après sa journée de travail, elle sort de la voiture et voit dans le ciel une lumière qui s’approche rapidement d’elle. Presque paralysée, elle distingue une sphère grise qui vient  « assez près d’elle » (encore une fois l’émotion rend le témoignage imprécis). Une porte ou un grand volet s’ouvre et une lumière en sort pour venir éclairer Katleen. Puis le rayon se rétracte et tout disparait comme par magie.
Deux témoignages étonnant car ils se ressemblent. Et viennent de personnes qui ne se connaissent pas.

L’un de nous lit sur le site « News of to morrow » une interview de Laura Knight-Jadczyk (Abduction en temps zéro).

Lire la suite

ETRANGE ATITUDE…

Une jeune anglaise après quelque temps de « galère » trouve un emploi d’auxiliaire de vie.

Le 31 mars 2010, elle doit se rendre chez une personne âgée qui l’attend. Elle emprunte l’autoroute, puis pour faciliter son arrivée sur Wakefield (vers Leeds), elle sort de l’autoroute bien avant. Cela lui évite un plus long détour. Sur la nationale qu’elle emprunte deux grosses limousines qui se suivent s’arrêtent brusquement. Les passagers de la première auto, des hommes robustes habillés de noir vont parler aux passagers de la seconde. A ce moment le portable de la jeune femme lui indique qu’elle reçoit un message. Arrêtée, elle se baisse pour prendre son téléphone et lire le sms.

Elle se souvient alors être dans une sorte de chambre dialoguant avec une étrange entité. Une seconde vient se mêler à leur conversation. Il est question de la paix indispensable sur la terre. Il n’y a ni crainte, ni agressivité.

Elle se rappelle, à ce moment avoir dialogué, il y a quelques semaines, avec un ami des raisons qui ont poussé les USA à envahir l’Afghanistan. (Ce bref  flash-back est surprenant)  Finalement la jeune auxiliaire de vie se trouve chargée par ses interlocutrices de « faire la paix » sur terre.

Dialogue surréaliste.

La jeune femme dit qu’il lui faut plus de moyens (tools). La première entité dit qu’elles vont y réfléchir.

Réponse hallucinante.

Comme si une auxiliaire de vie, de l’est du Royaume Uni pouvait être entendue par le cortège des nations toutes belligérantes.

La jeune anglaise, relève la tête de son portable, les limousines ont disparues et pas de sms affiché sur l’écran de son portable. Etonnant…

Elle continue sa route, parvient à son rendez vous. La personne lui fait remarquer qu’elle a une heure de retard. Puis la regarde d’un air horrifié. La jeune femme remarque alors son pantalon maculé de sang.

Elle rentre et s’alite. L’hémorragie cessera le lendemain.

Durant ce laps de temps la mémoire du dialogue lui revient.

Ce récit emprunté à l’ami Rosalès et brièvement résumé est plus qu’intriguant.

–> Que faisaient autant de MIB pour une seule personne sans histoire et n’ayant à priori jamais vécu de rencontres au paravent ?

–>Comment l’interférence bien matérielle avec le portable a-t’elle pu avoir lieu ?

–> Pourquoi parler « gentiment » de paix sur terre pendant que la jeune femme devait subir vraiment autre chose de moins sympa ?

–> Pourquoi une civilisation qui peut réaliser ces prouesses techniques fait-elle souffrir ?

–> Pourquoi ce besoin de sang ? (Ajoutons que cette jeune femme divorcée n’avait pas eut de relations sexuelles depuis longtemps ; l’hypothèse du fœtus manquant est donc inutile.)

–>  Pourquoi avoir « trompé » cette femme avec un discours stupide qui se termine par une cruelle façon de se moquer d’elle ?

à Comment n’a-t-elle perçut aucune douleur ?

–> Comment n’a-t’elle rien vu, n’a-t’elle de fait gardé aucun souvenir, si ce n’est ce dialogue de 10 minutes maximum ?

–> Une mémoire écran lui fut-elle imposée ?

La question lancinante et récurrente ; pourquoi une civilisation qui semble posséder une avance technologique incroyable par rapport à l’humanité a-t’elle des pratiques aussi barbares ?

Serions-nous des objets sacrificiels ?

Qui sommes nous pour eux ?? Quel rôle nous imposent-ils dans l’organigramme, qui nous concerne puisqu’il nous est imposé ???

Il est évident que nous sommes de leur monde, en tout cas de leur vie, mais nous ne savons ni comment, ni pourquoi.

Les séquelles à long terme.

Nous observons des dérives, ou des prises de position qui nous semblent calamiteuses. Chacun à lu des déclarations concernant une guerre entre bons et mauvais étrangers, pour nous sauver évidemment.

Une manière de soucoupisme messianique, ou la lassitude du monde tel qu’il est ?

Cette profession de foi nous semble alarmante.

Pour reprendre les mots du caporal Valdès à qui l’on demandait pourquoi l’entité qu’il a rencontré était négative, il a répondu « Parce que j’ai eu peur ».

Voilà un résumé parfait semble-t’il.

L’ufologie marque le pas. Hélas !

Pour trouver des informations il faut longuement consulter les multiples forums. Dans lesquels  s’entremêlent ; peurs millénaristes, conspirationisme, ésotérisme pataugeant….Et toute réflexion sur les abductions semblent en panne.

Si l’on souhaite approcher de plus près le phénomène des abductions, il est à constater que sur de nombreux sites, les copier/coller  sont la règle.

Ce qui intéresse les rédacteurs de ces sites, sont les récits, les plus détaillés possibles des souvenirs de l’abducté.

La vie du témoin est parfaitement négligeable.

Connaître la taille du « petit gris », le nombre de ses doigts, l’aspect des instruments « médicaux », et autres accessoires, voilà l’important.

Depuis quelques posts nous tentons d’expliquer, que pour nous, l’abduction est pire que le récit, c’est-à-dire la perception de la victime.

Nous vivons avec les calculs de Newton sur des théories de Hooke, parce que nous sommes incapables de dépasser le stade de la perceptive cavalière.

Lors de son rapt, un abducté avec son corps humain reçoit un tsunami d’éléments, d’informations qui dépassent largement les malheureuses 4D de notre perception.

Sa cognition ne lui permet pas de voir, d’entendre, de comprendre ce qui est au-delà de ses apprentissages.

D’une abduction que savons-nous ?

Qu’il y a un support matériel ; rencontre d’un objet volant, ou observation d’une lumière se modifiant.

Que le temps humain ne s’arrête pas, mais dans ce même « intervalle », le temps de l’abducté est modifié.  L’abducté vit donc dans un « élément » qui n’a pas nos références temporelles, mais qui est soumis à un déroulement chronologique.

Du déroulement des événements, nous ignorons tout.

Seulement le  récit que livre la victime. Sans savoir s’il s’agit d’une mémoire implantée par les étrangers, ou du minimum perçu et compris.

De trop nombreux ufologues se limitent à la description par les victimes « d’examens médicaux ». Nous avons beaucoup de respect pour B.Hopkins, et Jacobs, leur travail acharné et opiniâtre les a, cependant amené à des conclusions qui ne sont, pour nous, que des leurres.

Il est certain, sans le moindre doute que les abductés ont des cicatrices, des marques de brûlures, diverses séquelles physiques. Elles ne correspondent à rien de concluant.

Il est certain que des implants sont posés sur les abductés. Nous pensons d’ailleurs que le nombre d’abductés qui se souviennent sont moins nombreux que ceux qui ne  « retrouvent » pas la mémoire. De sorte que le nombre de personnes implantées doit être hallucinant.

Il est évident que les victimes des rapts, peuvent développer le fameux syndrome post traumatique.
Combien ne le développent pas et vivent avec des phobies incompréhensibles ????

Tout cela concorde trop bien. L’illusion  que les étrangers veulent nous imposer est projetée dans le cadre de notre capacité de compréhension et dans le sens que nous souhaitons.

Le dommage est plus grand, plus grave, nous semble t’il, car nous ne pouvons l’imaginer, encore moins le comprendre.

L’abduction de Garry Wood et Colin Wright, est intéressante. Lorsque Colin est assis dans « son tube » de plexiglas n’est-il pas dans une sorte de « photocopieuse » comme le décrit Malanda dans son article « Scénario-abduction » ???

Combien d’abductés se souviennent d’avoir été exposé à un rayon lumineux qui les analysait exactement comme un scanner se déplace le long de l’écran ???

Quand nous sommes dans un appareil à IRM nous n’observons que la lumière dans le tunnel blanc. Nous ne voyons pas les clichés qui s’impriment sur l’écran du médecin.

Au-delà de notre physique, de l’hybridation supposée, la recherche des étrangers est effrayante.

Effrayante car nous l’ignorons.

La vie du témoin est parfaitement négligeable, pour de nombreux sites.

Cependant, ne pouvons-nous constater qu’avant chaque abduction il y a une sorte de mise en condition particulière de la victime, soit par une attente parfois « exaltée », soit par un cumul de difficultés ?

Que certaines abductions ou contacts sont réalisés de façons urgentes ou mal préparées, comme pour prévenir une difficulté physique chez la victime, ou en observer son évolution ?

Notre individualité n’intéresse peut-être pas du tout les étrangers.

Certaines corrélations entre les abductés et des séquelles durables ont été vaguement approchées.

Nous avons évoqué la fibromyalgie, il ya aussi « l’encéphalomyélite myalgique» (syndrome de fatigue chronique), mise en évidence par le chercheur M. Burns. Trouble qui touchait 70% d’un groupe d’abductés anglais. Alors que la moyenne de la population est de 1 à 2%.

Pourquoi tant d’abductés, après leur abduction, ont des troubles que les médecins spécialisés ne comprennent pas, ou ne s’expliquent pas.

Quelle est la cause de cette conséquence à long terme sur le corps des abductés ?

Il est certainement nécessaire que des protocoles de suivi soient établis pour accréditer ou réfuter ces soupçons. Peut-être découvrir d’autres éléments, négligés jusqu’à présent.

La vie du témoin, de l’abducté n’est pas négligeable du tout.

Un courriel….

Un courriel nous est parvenu, il pose plus de questions que nous n’avons de réponses, et il soulève des interrogations.

« ils » ont surement la possibilité de nous faire tout oublier mais çà n’est apparemment pas le cas, cela me surprend. « Ils » parviendraient à pénétrer dans nos esprits et nos rêves mais pas à les effacer…

Nous ne savons si « ils «  pénètrent nos esprits et nos rêves, il semble évident qu’ils les manipulent.

Veulent-ils vraiment tout effacer ? Ou nous laissent-ils une mémoire préfabriquée qui dissimule ce que l’abducté à réellement vécu ?

Ces pièces de mémoire préfabriquée qui, reviennent comme les morceaux d’un puzzle que nous ne terminons jamais, cachent la vraie motivation des abductions.

La supercherie serait totale.

Les étrangers connaissent très bien le fonctionnement du cerveau humain. Ils savent que sous hypnose les abductés peuvent se souvenir et décrire ce qui semble être leur abduction.

Car en effet, le phénomène de l’enlèvement vient nous chercher, si l’on peut dire, là où nous nous trouvons ! Il fait irruption sans ménagement dans notre monde physique, qu’il appartienne lui-même ou non à ce monde-ci. Son pouvoir de nous atteindre et d’altérer notre conscience est, par conséquent, potentiellement immense. Extrait J.E.Mack.

Quel est ce potentiel ???

La réflexion a peut-être été  mal abordée.

à Par exemple, lors d’une RR3 quelque fois le témoin est immobilisé. Comme beaucoup, nous pensions que le rayon lumineux paralysant neutralisait directement  les zones corticales  commandant à la motricité volontaire.  Tout comme la réaction à la force centrifuge est la force centripète, il se pourrait qu’il n’en soit rien et que l’action ne soit pas du centre vers la périphérie, mais de la périphérie vers le centre.  Ce qui pourrait être une éventuelle piste de réflexion pour comprendre la raison d’implants situés sur les pieds, les mains ; organes périphériques.

-> Si les étrangers voulaient notre ADN, pour « cloner » ou fabriquer des hybrides, nous ne pensons pas qu’il leur faille sans cesse refaire la même démarche depuis tant de temps.

La concordance des récits des abductés, la similitude trop parfaite, nous gène beaucoup.

–> Les messages délivrés aux abductés sont tantôt prophétiques, « messianiques », ou catastrophistes, et finalement aberrant. Comme si la teneur supposée du message, par sa « connaissance de l’avenir », ou son contenu  « divin», justifiait le traumatisme de l’abduction.

Ce dont se souvient l’abducté, même si l’événement a été terrible dans sa réalité, est une sorte de clip vidéo. Il ne sait rien de ce qui s’est réellement passé.

Il resterait le clip en flou ; souvenirs étriqués, et la réalité serait occultée.

L’abducté s’accrocherait aux images et aux émotions du clip. Le souvenir de la réalité devenu inaccessible.

Le souvenir de l’abducté et la réalité de l’événement passé sont sur les registres d’octaves très éloignés.

Toujours illogique : ils savent ne pas être discrets avec leurs appareils quand ils le veulent (… ) çà n’est donc pas leur existence au sens strict du terme qu’ils chercheraient à cacher, alors quoi?

Nous sommes d’accord ; les étrangers ne souhaitent pas être discret. Si les observations d’OVNI étaient réservées aux régions rurales, depuis quelques  années nous pouvons constater une sorte d’exhibition de gigantisme au dessus des zones urbaines, ainsi que la multitude d’observations d’ »orbes » (boules lumineuses).  Ils veulent être vu, mais pas plus. Remarquons comme il est malaisé d’avoir une photo ou une vidéo fiable d’un OVNI.

S’ils ne cherchent pas à se cacher, ils souhaitent que leur réalité soit furtive.

Ils expriment une forme de communication sans dialogue.

Cherchent-ils à cacher les modalités de leurs actions et par conséquent leurs buts ?

Nous avons lu quelques témoignages étonnant d’abductions, ou de contacts rapides.

Ces abductions, ou rencontres ont quelque fois l’apparence d’une action mal préparée, faite avec imprécision, dans une sorte d’urgence malhabile. Une sorte de maintenance décidée dans la précipitation.

Si cela s’avérait exact, il nous faudrait certainement repenser le but des abductions et envisager des objectifs dépassant notre vision anthropocentrique.

L’abduction humaine serait une métaphore.

L’intérêt des étrangers serait au-delà de notre personne physique, même si notre être physique participe d’un ensemble plus grand qui nous échappe. Certains diront ; l’âme. (Ce terme nous semble trop restrictif)

Se mêlent ensuite « mémoire fragmentée » et troubles phobiques. Eléments qui instillent un doute, un mal-être chez l’abducté.

L’abducté s’interroge sur son doute, son interrogation.

Le présumé abducté ne cherche pas de l’aide parce qu’il a été enlevé. Il demande de l’aide pour d’autres raisons ; l’anxiété, les cauchemars récurrents, le sentiment de vulnérabilité,  les souvenirs étranges. Une interrogation sur sa santé mentale.

Ce que les étrangers cachent, nous ne le savons pas. Nous observons seulement certains effets, consécutifs à ce qui se déroule lorsque la victime est entre leur main.

Après l’abduction de nombreuses victimes présentent différents symptômes, seuls ou parfois associés ; saignements de nez ou d’oreille, yeux irrités, fatigue, soif intense, nausées, coupures, cicatrices. Ajoutons les éventuelles traces de luminescence.

Nous constatons, que les abductés ne sont pas des « initiés ». Durant leur abduction, ils n’ont pas reçu de message, d’informations particulièrement importantes.

Certains auteurs souhaitent voir une transformation de la personnalité de l’abducté, plus grande ouverture d’esprit, attention à l’environnement, etc.…

D’autres constatent l’apparition de faculté « psy » ; prémonition, clairvoyance, etc.…

Ces faits, s’ils sont dûment constaté serraient pour nous les effets résiduels de la confrontation de la victime humaine, avec une réalité différente, extraordinairement plus « riche » que la nôtre, qui serait susceptible  de créer certaines modifications d’éléments déjà présents, mais latents chez la victime.

Il faudrait imaginer ce qui peut générer les maux de dos, la fibromyalgie, la fatigue chronique, avec, non pas les abductions mais leur but réel.

à D… pour l’encourager.

 

Nous avons reçu d’Albert Rosales, chercheur méritant pour sa ténacité, un recueil des observations d’ »étrangers » ou d’observations étranges durant l’année 2009.  Albert ne s’intéresse qu’aux apparitions d’humanoïdes et d’animaux extraordinaires. Il ne faut donc pas chercher dans son travail une liste précise des observations d’OVNI.

La méthodologie d’Albert, n’est pas la nôtre. Elle nous permet de regarder ces comptes rendu, de façon plus objective que si nous avions collecté les témoignages nous convenant.

Le listining d’Albert Rosales est réalisé à partir, de ce qu’il glane sur le net et des différents contacts qu’il possède. Il a référencé 141 témoignages qui portent sur une population de 410 millions de « témoins » potentiels. Sachant qu’il n’a pu être informé de tous les évènements ; cela porte à 2115 rencontres annuelles possibles sur terre, au minimum.

Le listining porte sur l’année 2009, nous avons décidé de manière arbitraire de mettre de « côté » les témoignages d’animaux extraordinaires style chupacabras ou bigfoot.

Il y en a 14, restent donc sur les 141 cas recensés par Albert 126, de contacts avec des « humanoïdes ».

Certains peuvent être le fait d’illusion, ou de méprise. Ils sont très peu nombreux.

Il nous est apparu l’absence de « violence ». Nous n’avons pas lu de rapt entrainant des séances « médicales » douloureuses ou contraintes. Rien ne peut être négligé puisque

certains témoignages font supposer qu’ils sont morts à la précision. Une altération « définitive » de la mémoire a eut lieu. C’est le cas pour des « observations » de phénomènes lumineux par plusieurs témoins durant 20 minutes. Vérification faite le temps manquant est de 1 à 2 heures. Que peut-il s’être passé ?? Les témoins ne souffrant ni de blessures, ni de séquelles quel qu’elles soient ne cherchent pas à comprendre ce temps manquant. On peut envisager un écran mnésique très efficace qui occulte de la façon la plus opaque tout souvenir.

Des témoignages relatent la rencontre d’enfants ou de jeunes adultes qui ne semblent pas « entièrement » humains et paraissent « faire un stage » d’acclimatations à la vie humaine.

Ces rencontres ont eu lieu ; en France, en Allemagne, aux USA, et en Amérique du sud, il n’y a pas de frontières humaines pour ce type de rencontre. Ces rencontres ne sont jamais « agressives », elles mettent l’observateur humain très mal à l’aise, parfois paniqué.

Il y a peu d’interactions, comme si des hybrides venaient « tester »  leur capacité à vivre au milieu de nous. Il y a 8 de ces témoignages sur le total de 126. (6%)

Les chiffres ne veulent pas dire grand-chose quand on s’aperçoit que 15 témoins se souviennent d’une « téléportation », 10 de « visite en chambre », et 31 de contact direct avec des humanoïdes. Il n’y a pas de corrélations directes ou automatiques entre les temps manquant, les contacts, les observations. Il n’y a pas de certitudes quant à la réalité de ce que décrit le témoin et la réalité du fait. Par exemple un chauffeur routier « entre » dans un banc de brouillard. Il en sort ¾ heure plus tard et à 5 kilomètres de l’endroit initial. Il ne se souvient de rien.

Les humanoïdes les plus « rencontré » sont les petits gris, souvent associés à des « nordiques » et deux fois à des reptiliens. Ces entités reptiliennes souvent fréquentes dans les enquêtes de karla Turner notamment, sont peu vues en cette année 2009 dans la compilation d’Albert Rosales.

Les « nordiques » sont très présents. Souvent observés et rencontré en Arizona par deux jeunes hommes, avec lesquels la discussion s’est engagée. Comme très souvent dans ces messages, la portée apocalyptique est conséquente.

Trois témoignages font état d’une demande des « étrangers » envers les humains pour  les accompagner. Pour un ; sans préciser de durée de temps, pour l’autre durant 3 ans, le troisième est surprenant. A l’intérieur d’un OVNI, une dame âgée, se voit le soir de Noël 2009 rencontrer des enfants hybrides. Certains la remercient d’être venue, d’autres veulent venir sur ses genoux, d’autres sont méfiants. La description d’une « halte-garderie » ou d’une crèche.

Lorsque les « abductés » disent leur souhait de rentrer chez eux, ils sont ramenés.

Il y a sur les 126 cas de contacts un seul fait état d’un échange oral. Tous les autres relatent les contacts par télépathie.

Les témoins qui sont entré dans un OVNI sont « arrivés » dans une pièce blanche, avec un éclairage blanc.  Un seul décrit un couloir obscur avant de pénétrer dans « la pièce » blanche. Dans ces pièces blanches les témoins rencontrent des « petits gris ». Sur tous ces témoignages aucun ne fait allusion à un examen médical violent.

Les « petits gris » semblaient à l’écoute des témoins, lorsque certains ont posé des questions auxquelles les « P.G. » ne pouvaient répondre, ils étaient amenés dans une autre pièce aux murs sombres (noirs ?), éclairée de bleu. Est-ce le signe d’un changement de hiérarchie, d’atmosphère, de composition de l’air ??

Ce qu’il est convenu d’appeler « les visites en chambre », sont très courantes. Et impliquent un nombre important d’ »étrangers », de 4 à 15.

Ces vécus posent à chaque fois les mêmes questions ; comment expliquer le « passage » à travers les murs, les fenêtres, les disparitions soudaines, etc…

Un autre phénomène est récurrent dans les témoignages d’Albert Rosales ; les MIB.
Les « hommes en noirs » ne sont plus décrits comme des individus étranges, portant des vêtements démodés, mais comme des agents du gouvernement travaillant pour une « officine » secrète. Leur arrivée après une rencontre, une abduction, est très rapide. Il conviendrait de se demander la façon dont ils sont prévenus aussi vite et quelle est la logistique qui leur permet d’avoir des véhicules à disposition de manière quasi instantanée.

Les témoins les décrivent comme très coercitifs et peu aimable.

Des recherches potentielles très intéressantes sont évidemment sous jacentes à ce travail, nous pensons aux créatures ailées observées ces derniers temps partout dans le monde.

Nous nous sommes limités aux contacts et plus précisément les abductions.

Vous pouvez recevoir cette compilation sur simple demande.

Et retrouver  les travaux d’Albert Rosales sur son site ; www.ufoinfo.com