L’enfant « mort ».

Nous avons recueilli une « légende » qui est commune à plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest. Sachant que les dialectes sont très nombreux, il est difficile de nommer précisément cette « légende ». Le plus souvent elle se dit « abiku » (abi = enfant, ku =mort)
Les variantes, les versions diverses, qui existent, doivent être fonction d’anciens faits réels, qui se sont greffés sur la trame originelle, l’ont adaptés à la mémoire collective d’une région, d’un village.

La trame est que parfois, le « démon » peut s’incarner dans le ventre d’une femme. Un enfant naît et meurt au moment de sa naissance, quelques semaines après.
Ou la « mère » perd l’enfant, le « démon » ayant repris l’enfant à naître.

Certains « psy » ont interprétés cette « fable » pour tenter d’y voir un « soulagement », une consolation à la mortalité infantile qui sévit en Afrique.
Sentence qui nous semble stupide ; « si ton enfant est mort, c’est qu’il était l’enfant du diable ». Cela fleure le catéchisme.

Nous avons trouvé une recherche faite par des africains concernant ce phénomène. A la légende de « l’abiku », se mêle différentes situations concernant des enfants nés souffrant de malformations graves que les universitaires confondent pour en tirer une conclusion générale.
Le danger est de confondre d’éventuelles interférences « ultraterrestres » avec les déficiences congénitales.

Cependant si l’enfant « abiku » survit, il peut devenir funeste pour les humains. Et il reconnaît les autres enfants qui appartiennent à sa « race ». Ils font partie d’une « humanité » venue d’ailleurs.
Nous pouvons imaginer une hybridation difficile puisque il est rare que l’enfant survive.
Cette possibilité d’une « humanité » parallèle nous rappelle « les enfants aux yeux noirs ». (BEC)
Nous pensons que cette histoire fait aussi écho au syndrome du « fœtus manquant ».
Les femmes victimes, après une abduction ou d’une visite en chambre (Comme les nomme Albert), d’une grossesse qui s’interrompt de façon inexplicable.
Les médecins constatent la grossesse, puis son interruption, sans pouvoir l’expliquer. Il faut préciser, qu’en aucun cas il ne s’agit de fausse couche, d’avortement spontané.

Ce qui nous choque d’abord, c’est l’utilisation faite du corps des femmes.
La réflexion commune est vaste, les interrogations aussi nombreuses que diverses. Et nous n’avons pas de réponse.
Avec les connaissances actuelles de la médecine, il est possible d’envisager une abduction et une fécondation du corps de la femme.
Cela semble si simple que nous ne pouvons y souscrire totalement, sans pour autant rejeter cette possibilité.
Les apparences ne trompent pas, elles créent la confusion. Surtout lorsque l’on aborde le phénomène OVNI.

Les récits récurrents de ce syndrôme du « fœtus manquant », cette fable africaine, les légendes européennes faisant état d’enfants « hybrides », doivent posséder, une souche commune, une réalité éventuelle.

Cette réalité éventuelle pourrait –être une nécessité, pour une civilisation « ultraterrestre », dont l’humanité serait victime.
J. Keel a écrit longuement sur les « ultraterrestres », il est précurseur de J.Vallée.
Nombreux sont ceux qui s’interrogent, comme Keel ; le phénomène OVNI, ne serait-il qu’une des nombreuses apparences d’une même origine.

Il est surprenant d’imaginer que des « entités » qui peuvent être immatérielles, utilisent des engins bien physiques pour « venir » nous rendre visite. Les récits d’observations, de rencontres rapprochées, attestent de la réalité matérielle de ces engins, de ces «entités».
Les recherches de C. Malanga, apportent en plus de leur originalité novatrice, un éclairage étonnant. (Cf « interférences extraterrestres »)

Il est terrifiant de suivre ce raisonnement. Mais il pourrait, expliquer le syndrome du fœtus manquant, et les interférences que les « ultraterrestres » pourraient nous imposer.
Notre matérialité serait indispensable aux « entités » étrangères.
Nous serions vu comme une aide indispensable, une utilité. Et malheureusement le corps des femmes est abusivement utilisé.

Cette « fable » africaine, les récits d’abduction, mettent en évidence la constante de l’utilisation du fœtus. A la lecture des nombreux récits d’abductés qui rapportent avoir observé, à l’intérieur d’Ovni, des « bocaux » dans lesquels des fœtus étaient « nourris », l’un de nous à proposé que le corps humain puisse être le support nécessaire, obligatoire, à un élément « étranger » qui serait inséré, greffé, au corps humain. Qu’importe sa taille.
Cela implique que la réflexion de C. Malanga, aussi terrifiante qu’elle soit, pourrait être une possibilité qu’il ne faut pas négliger.

Mais quel est l’élément de l’être humain qui pourrait « supporter » ce logiciel étranger ?
Le syndrome du fœtus manquant se passe avec une grande précision, lorsque l’évolution naturelle de l’enfant fait que le bas de la colonne vertébrale du fœtus se ferme. La grossesse s’interrompt. Faut-il y voir la nécessité d’utiliser le système nerveux humain ??

Il est particulièrement troublant de constater que les « interférences ultraterrestres » dans la vie quotidienne des humains aient des échos aussi puissant que cette fable africaine, plus alarmante que nos contes et légendes. Et personne, ne tente de percevoir les informations, de recenser les indices pour mettre en lumière ce qui semble nous échapper.
Existe t’il une humanité « hybride » qui cohabite avec nous ?
Que fait-elle, quel est son but ?
Sans accréditer les thèses du Dr Jacobs, il serait important de tenter de savoir si cette réalité est. Peut-être est il possible de la confronter aux aberrations de la société humaine que nous pouvons observer. ?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :