Le lac LINTEL

Le germanophone du groupe souhaitait revenir sur le « cas » de l’observation du Lac Linteau. (Lintel)

Le village à proximité duquel se situe le Lac Lintel est Rheda-Wiedenbrück. Voici les coordonnées 51° 50′ 30″ Nord / 8° 18′ 00″ Est

Ce village fait partie du district de Detmolt en Rhénanie du Nord-Westphalie, centre ouest de l’Allemagne.

Eutersloh  situé à 10 kilomètres est une base militaire.

Pour trouver des détails précis sur ce cas, nous avons d’abord demandé à l’ami Rosalès, puis fait quelques recherches sur internet. Ne discutons pas des infos excellentes d’Albert, mais des autres sites qui font preuve d’une dextérité flagrante quant au « copier/coller ». Pas une virgule ne change de place.

Ce cas est intéressant, car il est assez récent et met en scène un quiproquo étonnant.

Il nous est donc apparu que nous pouvions pour une fois ne pas donner un témoignage direct, mais un récit. Cependant les erreurs de transcription, de traduction sont, vu le travail de pillage d’un site à l’autre, importantes et certains détails de ce fait restent assez flous.

La date reste approximative, août 1981.

Un réfugié polonais qui vit dans ce petit village ; Rheda décide un dimanche matin de prendre sa bicyclette et d’aller voir le lac Lintel. Remarquons qu’en 1981 « le mur de Berlin » n’est pas encore tombé, que l’Europe est encore coupée en deux, et que ce monsieur, âgé de 55 ans, artiste sans grand talent, peu aisé, obtient une autorisation d’émigrer en Allemagne de l’Ouest. Il devait avoir un ange protecteur….

Le quidam quitte le village vers 5 ou 6h du matin (l’heure n’a jamais put être précisée), il se dirige vers le lac avec comme bagage un cartable dans lequel nous le supposons se trouve le matériel nécessaire à la réalisation de quelques esquisses ou dessins.

En cours de route, la chaîne du vélo vient à sauter et il ne peut la réparer. Il continue donc le chemin vers le lac en poussant sa bicyclette.

Arrivé au bord du lac, il remarque que la baraque dans laquelle les pécheurs habitués des lieux, rangent leur attirail, intéresse un individu qui semble vouloir forcer la fermeture de la porte (Cadenas ou clé, nous ne savons).
A cet instant apparait à 100 ou 150 mètres de lui, au dessus du lac un engin de forme de forme ovale ayant 7 à 10 mètres de haut et 30 de diamètre. L’artiste pense que « l’avion » va tomber dans le lac car il n’est qu’à 15 ou 20 mètres au dessus de l’eau. Il se dirige vers le bord du lac et pense que le « braconnier » qui voulait forcer la porte de la cabane doit voir lui aussi cet « avion » qui risque de tomber à l’eau.

Regardant vers la cabane, le promeneur aperçoit celui qu’il prend pour un malfrat entouré de deux autres individus étrangement habillés de vêtements brillants.  Il pense à des gardes forestiers qui auraient « embarqué » le « brigand ». L’étrange «  avion » fini par venir vers la berge du lac et malgré l’inclinaison du sol, il reste parfaitement droit et stable.

Aussitôt le promeneur voit une vieille dame avec un petit chien (Là nous avons rencontré une difficulté ; nous n’avons pas pu déterminer si la « dame » sort de l’OVNI ou si elle arrive de derrière lui)

La dame s’éloigne indifférente au promeneur et le petit chien gambade passant même sous l’OVNI qui n’est donc pas posé au sol mais en sustentation.

Persuadé qu’il s’agit d’un moyen moderne et fantastique, un peu du genre fête foraine, de se déplacer, le promeneur vérifie qu’il a bien sur lui quelques marks pour payer la balade qu’il souhaite faire.

–> Déjà là nous sommes ébahis. Un type à 6h du matin voit un quidam qui s’en va avec des gardes forestiers habillés de combinaisons brillantes, puis il voit un OVNI « atterrir », une vieille  dame avec son chien qui passe sans se soucier de rien, et lui imagine un manège d’une forme nouvelle….. Lire la suite

Publicités

Colère…… hors sujet…

Nous avons souhaité faire un article plus long, qui n’entre pas dans le cadre de la recherche de ce blog.

Ce souhait nous est venu en observant le milieu ufologique.

Il nous arrivera donc d’être critique ou acerbe, nous éviterons de citer des noms.

Nous n’avions pas le temps disponible pour rédiger ce qui en fait se composait de notes écrites, scannées et envoyées par mail, ou de mails spontanés (parfois virulents), il nous fallait un scribe qui avait le temps et la patience de concentrer cela. Nous avons trouvé cette « bonne âme », qu’il en soit remercié.

Fidèle à notre volonté de rester discrets, ce travail sera distribué aux lecteurs de ce blog qui en feront la demande, il leur sera alors envoyé via internet.

Il convient donc dans votre commentaire de laisser une adresse mail.

…MAL AU DOS !!!

Cela peut paraître ridicule que nous parlions du « mal de dos » dans ce blog.

Pourtant ce n’est pas la première fois.
Nous souhaitons encore une fois, en espérant que cela ne sera pas vain, dire et redire qu’il y a des séquelles physiques des abductions.

Il serait plus qu’utile, qu’un médecin ou qu’un spécialiste prenne cette affirmation au sérieux et travaille à ce  problème.
Nous n’aurions pas, encore une fois, crié notre colère si nous n’avions pas quelques éléments nouveaux. Nous apprenons la semaine passée que l’écrivain et abducté Whitley Schreiber a dû rester au lit assez longtemps car il souffrait du dos. Nous pouvons donner des témoignages de gens moins célèbres que cet américain, qui souffrent de mal au dos après une abduction. Cette douleur semble se manifester toujours dans la même région du dos. S’agit-il d’un « marqueur biologique » ?

Un témoin de RR3 de la région de Montpellier a eut sa vie totalement « foutue » à cause de ces maux de dos.

Ceux d’entre nous qui ont fait une radio, le savent elle ne montre rien. L’absence de « pathologie » flagrante fait que le médecin ne prescrit pas un IRM (Si désagréable soit-il)

Un article récent de Chris Holly concernant l’abduction d’un homme dans le désert californien décrit les douleurs insupportables qui handicapent lourdement le quotidien de cet homme.   (http://endlessjrny.blogspot.com/)

Il y a une récurrence évidente. Nous n’avons pas les compétences médicales, peut-être biophysiologiques, pour mener cette étude. Mais au sein de cette flamboyante « société » ufologique, il devrait exister quelqu’un pour relever le défi.

Nous avons contacté le Prof. Jacobs, trop pris par trop de mails, nous imaginons, nous n’avons pas de réponse. Ses rencontres fréquentes avec des abductés pourraient permettre une étude statique, du moins chiffrée.

Il semble que ce phénomène récurrent n’intéresse personne. Ce qui importe est de voir passer un point blanc dans le ciel nocturne.

Il est évident que les abductés n’ont pas de souvenirs de ce qui leur est arrivé, ils ne peuvent donc pas nous renseigner. Si ce n’est de décrire les maux dont ils souffrent, avec le plus de précision possible.

Il est important que les « ufologues », comprennent que les abductions ont des conséquences ultérieures dans la vie des victimes.

Si l’ufologie consiste à faire des relevés d’angles, et d’altitude pour un objet observé, si l’ufologie se préoccupe plus d’écouter de « vieilles gloires » ressasser les mêmes « sentences » depuis 30 ans et oublie l’humain, elle est à côté de son utilité potentielle. 

UNE EXCEPTION

Nous ferrons une exception.

Parmi les témoignages certains sont particulièrement étonnants.

Exceptionnellement nous livrons ce témoignage qui n’est pas celui d’une abduction.

Le témoin est une jeune femme, mère de deux enfants. Divorcée elle vit seule, dans le Nord de la France.

La nuit durant laquelle s’est déroulé le phénomène qu’elle nous a rapporté, elle dormait du côté droit de son lit.

Dans le courant de la nuit alors qu’elle dormait d’un profond sommeil, la jeune femme est éveillée par un grand halo de lumière sur le mur aux pieds de son lit, juste en face d’elle.

Elle n’a aucune crainte, pourtant dans ce grand halo elle voit apparaitre ce qu’elle dit être « une vierge marie » telle qu’on la représente.

Cette « femme » ne tient pas un enfant, mais un ballon.
Elle se penche vers l’avant, et fait rouler le ballon qui roule le long du lit du témoin apparemment sur le plancher

Puis il « entre » dans le mur à côté  de la tête de son lit.

Le témoin suivait des yeux le parcours du ballon qui semblait rouler sur le sol de  sa chambre sans aucun bruit, elle relève la tête et voit la « vierge marie » et le halo de lumière disparaitre.

Le témoin n’a pas, par la suite souhaité préciser les couleurs du vêtement de « la femme », ni la couleur du ballon. Parmi les témoignages surprenant celui-ci l’est particulièrement. Pourquoi une « vierge marie », pourquoi un ballon ?

Et surtout quelle utilité à cette absurde vision, enfin le ballon était-il matériel ou pas ? Comment est-il entré dans le mur sans laisser de trace ?