Extrait d’un message que nous avons reçu.

Les prénoms ont été modifiés.

…mon père a donc été promener avec les deux garçons. Le soir venu nous nous  sommes retrouvés sous la tonnelle. Mon père m’a dit « Tu sais Laurent, est un garçon plein d’imagination ».

Il m’a expliqué que durant la promenade de l’après midi, il avait confectionné de petits arc à flèches.

Laurent ayant lancé sa flèche à 10 mètres de mon père, a refusé d’aller la chercher car « un homme lézard,  mais plus grand », était près de sa flèche et le menaçait.

Deux ou trois ans plutard, nous habitions une maison à étages. Les chambres étaient au second.

Trois fois j’ai retrouvé Laurent dans  qui descendait l’escalier en pleine nuit. Il avait 6 ou 8 ans.

Il parlait de se cacher et semblait éveillé. J’ai mis cela sur le compte du somnambulisme possible des enfants.

A chaque fois il parlait du monstre lézard qui était dans sa chambre et voulait le capturer.

Mon autre fils, Marc, dormant dans la même chambre ne s’est pas réveillé.

Vingt ans plus tard Laurent est venu passer quelques jours à  la maison (Il travaillait à l’autre bout de la France), et j’ai remarqué qu’il se couchait très tard, plutôt très tôt.

Marc est passé quelques temps plutard, je lui ai parlé des couchers tardifs de son frère. Il m’a expliqué que Laurent avait peur de s’endormir car il rêvait toujours à des « trucs atroces » avec des mutants mi hommes mi lézards et « c’était pas cool du tout ».

 

Je n’avais pas fait de rapprochement entre ces trois « anecdotes ». La continuité de la présence des « monstres mi-lézards mi-hommes » est étonnante.

Pouvons envisager un suivi de ce jeune homme par des étrangers ?

Les enfants peuvent-ils voir les étrangers ?

Nous avons interrogé le père ; il n’ose pas demander à son fils si ces rêves récurrents à une époque se produisent encore.