Un nouveau déluge?

 

Les enlèvements d’humains par des étrangers « gris » ont été étudiés par B.Hopkins, le Dr jacobs . Leur démarche parallèle a été étayée, crédibilisée par le psychiatre J.Mak, qui a mis en évidence la bonne santé mentale des abductés et la persistance  chez eux des séquelles d’une situation post traumatique importante.

Jacobs a longuement développé l’hypothèse d’une démarche constante, rigoureuse, des « gris » dont l’objectif serait de créer une race hybride ; mi étrangers mi humains.

Des témoignages récurrents d’abductés corroborent cette hypothsèse.

Nous ne discutons pas la réalité des abductions, nous avons des réserves quant à la véracité, la « réalité » de ce que rapportent les abductés. Nous pensons que l’abducté reçoit un message qu’il « récitera » le cas échéant. Les étrangers jouent avec une maîtrise parfaite de nos capacités de mémorisation, de perception. Nous avons peu, très peu de chance de savoir ce qui se passe réellement durant une abduction. Les souvenirs écrans qui nous sont imposé, masquent tous souvenirs réels qui d’autre part peuvent avoir été « extrait » de notre conscience.

Si nous accordons trop de crédit aux souvenirs relatés, même sous hypnose, qui confirment  une possible  tentative d’hybridation, nous négligeons toutes les autres observations qui ne vont pas en ce sens.

Deux exemples, le premier, notre ami A.Rosales compile les RR3 avec des humanoïdes blonds, il y a quelque fois des abductions et plus souvent, les humanoïdes proposent aux humains de partir avec eux durant des délais plus ou moins longs (de 3 à 40 ans).

Les enlèvements ne concernent donc pas que les gris pour une possible hybridation.

Le second exemple sont les travaux de Corrado Malanga , ils sont étourdissant !

Ils ouvrent une perspective que les ufologues négligent.

Malanga (athée convaincu) introduit une dimension spirituelle. Il apporte, par un matériel acquis auprès d’abductés, une certaine confirmation aux travaux de N.Kerner.

Les étrangers semblent très impliqués dans des interventions ciblées auprès de certaines personnes pour prendre un potentiel que l’homme possède et qu’ils veulent acquérir.

Ce potentiel ils le connaissent, l’ont identifié, et nous en ignorons tout.

Malanga l’appelle l’âme.

D’autres faits ont attiré notre attention.

 

Le premier est l’augmentation de la population mondiale.

La population humaine croit de façon étonnante depuis la fin des années 1940. Bientôt il semble qu’il y aura simultanément  autant d’humains sur terre que la somme de tous ceux qui y ont vécu depuis les origines.

Le deuxième est l’évolution de l’intérêt des étrangers.

Dans les années 1960 les étrangers étaient observés en train de ramasser des plantes, des cailloux, des rochers, etc….

Ils font un gigantesque herbier. Ou préparent un vivarium.

Peut-être avons-nous à ce moment observé le début de la mise en place d’un programme à long terme dont nous n’avons vu qu’une des phases sans pouvoir imaginer les suivantes.

Années 1970 les mutilations de bétail.

Puis années,  1980 les abductions par les gris et les descriptions quasi identiques des expériences menées par les étrangers sur les humains et malheureusement les humaines qui ,pour certaines auront à subir le syndrome « du fœtus manquant ».

Schéma caricatural, il y a eut avant 1970 des mutilations, il y en a encore.

Il y a eut des abductions avant 1980, il y en a encore, hélas !

Actuellement, on en parle moins par peur du ridicule ou parce qu’elles s ont moins flagrantes.

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Les étrangers sont intéressés par un élément que nous possédons, et qu’ils n’ont pas. Cet élément nous ne le connaissons pas pourtant il est en nous !

Cette ignorance nous laisse bien dépourvu devant l’adversité. Incapable de savoir ce que nous devons défendre.

Cet élément fait défaut aux étrangers et ils voudraient le posséder, en disposer.

Actuellement ils ne le peuvent pas, pourquoi dès lors ne concevraient-ils pas les conditions pour y parvenir ?

Avec les capacités techniques qu’ils possèdent, une main d’œuvre disciplinée ; les « gris », ils créent un environnement adapté pour y installer  un « homme nouveau » élaboré aux cours des nombreuses expériences génétiques réalisées lors des abductions.

Les abductions de toute évidence répondent à  un programme élaboré, réfléchi.

Un seul exemple ; les fœtus implantés dans l’utérus des humaines étaient enlevés vers 12 semaines.

Période à laquelle se ferme le bas de la colonne vertébrale. Coïncidence ou projet de manipulation sur  la moelle épinière ?

Ce vaste programme depuis la cueillette des végétaux, la mutilation des animaux, jusqu’à la mise au point d’une nouvelle « enveloppe biologique » pour l’homme nouveau, serait une vaste tromperie pendant que certains pensent aux OVNI sauveur de l’humanité.

Clairement notre civilisation pourrait subir le même sort que celui de l’homme de Néandertal.

Perspective peu réjouissante.

Il y a suffisamment d’humains pour que le nombre « d’éléments » existant soit simultanément présent, un nouvel environnement est prêt, la nouvelle enveloppe biologique est terminée, il ne reste plus qu’à l’étalonner.

Depuis quelques semaines nous pouvons lire sur les forums des témoignages très nombreux de jeunes gens qui sont victimes « d’attaques » très violentes de la part de « gris » qui tentent de leur dérober ; ou leur âme, ou « une partie de moi » selon le témoin.

Ces récits sont  quasi identiques dans la violence et ses conséquences traumatisantes.

Ils tentent donc de voler une partie des individus, ce que nous nommons à défaut de mieux « l’élément »

Peut-être pour réaliser une vérification du bon état de la nouvelle enveloppe biologique en cours de finalisation ou achevée ?

Ensuite il suffira aux étrangers de faire « migrer » les « éléments » présent dans chaque individu de  l’humanité vers cette nouvelle enveloppe et de nettoyer la terre. Une autre façon d’écrire le déluge.

Message d’Albert Rosales qui propose son travail sur CD

> A l’attention des intéressés, je lance le CD des dernières mises à jour/résumés de rencontres avec des humanoïdes, du passé jusqu’à 2009.
Bien sûr j’y ai mis beaucoup de travail et d’effort.
Chaque décennie est répertoriée, des années 1940 jusqu’aux  années 2000 le coût est de 25 dollars chaque décennie, qui incluent des milliers de cas (d’affaires) mis à jour avec des images originales, des commentaires, des liaisons, des informations, des anecdotes etc. De 1910 à années 1930 30 $ la décennie. De  1900  à l’antiquité ; 50 $.

Pour deux décennies avec des milliers de résumés de cas le coût est 40$.

Si quelqu’un est  intéressé  qu’il m’envoie un courrier électronique avec les informations pertinentes
Sincèrement
alberthumanoid@gmail.com

Les fichiers peuvent être envoyés électroniquement aussi et les prix sont flexibles près de 17,000 résumés d’observations corrigés et mis à jour

Journal of humanoïdes studies Vol2N°2 texte français

FEBRUARY 14 2011

JOURNAL OF HUMANOID STUDIES VOL. 2 NR. 2

 

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Dans le N° précédent j’ai émis des réserves concernant le cas de Wissant, dans le Nord pas de Calais. Par ses connaissances et son dynamisme, Monsieur Lebat a pu, très rapidement confirmer que cette observation a bien eu lieu. Albert me pardonne j’espère.

 

 

TABLE DES MATIÈRES:
1. LOG CAS DE COURANT
2. RENCONTRES avec les Blonds et de leurs proches, Partie 3.
3. Le coin des observations « pré-Arnold »
4. The Fringe.

 

HUMANOÏDE = un adjectif qui signifie
AYANT forme humaine ou  LES CARACTERISTIQUES.
VOIR ou être en contact avec une entité d’origine inconnue, ETANT LIEE A UN OVNI OU NON.

TYPES DE CLASSIFICATIONS CE3:

TYPE A: Lorsqu’une l’entité ou humanoïde EST VU l’intérieur ou sur le HAUT D’
UN OBJET OU vaisseau non identifié.

TYPE B: Quand une entité OU humanoïde est vue entrer ou sortir d’un OVNI.

TYPE C: Quand une entité ou humanoïde est vu  à proximité IMMÉDIATE D’UN OVNI.

TYPE D: une entité ou humanoïde est vu dans la même région où des observations d’ovnis ou objets inconnus ont été rapportés.

TYPE E: Quand une entité OU humanoïde est vu seule sans activité d’OVNI CONNEXE, Exemple: CHAMBRE DE VISITE.

TYPE F: Quand il ya un CONTACT « psychique » entre des entités ou des humanoïdes, mais l’entité ou l’humanoïde n’est pas nécessairement perçu.

TYPE G: quand il ya un contact direct ou interaction entre un ou plusieurs témoins avec un humanoïde,  contre la volonté du témoin  A LA SUITE D’UN ENLÈVEMENT forcé ou à un contact volontaire.

TYPE H: Quand il ya un rapport d’accident allégué OU D’ATTERRISSAGE FORCE D’UN OVNI  découverte de ses occupants. OU QUAND UNE ENTITÉ  « animale » est capturée ou tuée PAR soit un témoin ou du personnel militaire.

TYPE X: Un événement avec de nombreux composants des ingrédients de haute étrangeté, si bizarre dans la nature qu’il a besoin d’une catégorie à part entière et il n’est pas nécessaire qu’il comprenne la présence  d’une entité ou un humanoïde.
CURRENT CASE LOG

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

 

Étrange rencontre dans un parc de Sydney.
Dans la nuit du 5  Février  2010, deux jeunes hommes se promenaient au bord de Parramatta Park, à Sydney, en Australie. C’était l’été, l’arrosage automatique fonctionnait, mais maintenant il pleuvait à verse et le temps était assez mauvais. Ils marchaient dans un endroit désert, le long du lit asséché d’un ruisseau, quand ils ont entendu des bruits. Certains « sonnait » comme un train, bien qu’il n’y ait pas de voie ferrée à proximité, et certains ressemblait à des voix d’enfants. Même si les hommes restaient positifs, ils étaient seuls en ce lieu.
Ils ont marché hors de la zone, et ont commencé à essayer de comprendre   la situation. Ils ont essayé de penser rationnellement, mais ils ne pouvaient s’empêcher de croire que c’était quelque chose sortant de l’ordinaire. Ils sont revenus à l’endroit initial et ont  commencé à entendre les bruits plus forts.  C’étaient presque les mêmes. A ce moment ils ne paniquaient pas vraiment, quand l’un d’eux regardant droit devant lui, aurait juré avoir vu une silhouette noire, debout sur ​​ses pattes arrière, passer devant la ligne des arbres à environ 5 mètres devant eux. Le témoin avait des palpitations, et ils ont commencé à courir chez un kiosque à proximité. Ils ont discuté pour savoir si ils devaient revenir à l’un des endroit où trouver des hommes (environ 300 mètres du parc), ou s’ils devaient courir vers le ruisseau et « enquêter » une fois de plus.

Ils retournèrent à la crique et ont immédiatement vu des ombres et entendu des bruits inhabituels. À ce moment, il a commencé à pleuvoir fortement, et ils virent un nuage d’orage gigantesque qui approchait, ils ont décidé de retourner en arrière vers la ville. Ils ont commencé à courir dans la direction opposée de l’endroit où ils se trouvaient. Un des hommes a tourné la tête  une fraction de seconde, et il a vu ce qu’il a décrit comme un «homme vert». Il avait l’air de porter quelque chose de vert, couvrant ses cheveux (s’il en avait),  attaché à son crâne. Il n’avait pas de chemise et il avait la peau sombre verte. Une sombre texture comme ce qui était sur ​​sa tête. Il a vu comme il avait une sorte d’animal à fourrure morts sur ses épaules, et dans l’autre main, il portait ce qui ressemblait à une sorte de long bâton, (arme de mêlée ?). Peut-être une canne  ou un bâton. Il  recherchait quelque chose dans un ruisseau à sec, par conséquent, le témoin n’a pas vu sa moitié inférieure. Il avait de grands yeux noirs globuleux, qui, étaient en saillie hors de la tête, presque comme une sauterelle, il avait une bouche où son menton était censé être. Et il avait un nez normal , bien que le témoin n’a pas vu de narines, mais c’est plus probablement dû au fait qu’il était à une certaine distance. Il a ensuite soulevé ce qui devait être ses sourcils, et a « donné » au témoin une sorte de «où vas-tu ». Il a alors semblé hausser  les épaules, puis se tourna et s’éloigna. Il n’a pas d’oreilles visibles. Lorsque ses oreilles étaient censées être, il était juste un vide. Le témoin était en état de choc, palpitations, et a perdu toutes les fonctions corporelles pendant environ une demi-minute, tandis que son ami lui a crié  de venir. Il a finalement été en mesure d’exécuter et les deux ont quitté la zone. (1)

Lire la suite