Temps manquant

Le temps manquant est un « fragment de vie » perdu que le témoin d’une observation d’OVNI, ou la victime d’une abduction, constate sans pouvoir se l’expliquer.

Le témoin ou la victime n’a pas de souvenir de ce qui s’est passé durant ce laps de temps. Ou les souvenirs sont vagues, très imprécis, parcellaires.

Là, commence le premier trouble pour l’individu.

Le temps manquant peut se révéler lorsqu’un témoin ou des témoins observent un OVNI. Sans le souvenir de l’approche de celui-ci, ni même d’un contact quelconque.

-> Ce fut le cas en 2009 dans le Nevada ; des amis observent des « lumières étranges », durant vingt minutes. De retour chez l’hôte, ils s’aperçoivent en regardant les horloges qu’ils sont restés en réalité 2 heures. Le temps s’est donc « arrêté » durant une heure trente (Le témoignage ne spécifie malheureusement pas si les montres des témoins se sont arrêtées)

-> Une autre possibilité peut se présenter ; un témoin déjà abducté, se remémore « une balade » nocturne dans un lieu où il rencontre deux personnes qui « bricolent » une installation électrique. Dans son souvenir, il situe les faits dans un bâtiment sur un carreau de mine loin de toutes habitations. Il voit de la lumière, il entend des voix, mais pas suffisamment pour comprendre. Pris de peur  le témoin fuit.

Quelques semaines après, de jour, le témoin  va sur les lieux ; la mine est abandonnée depuis 7 ans et les bâtiments détruit.

Il ne parvient pas à situer la date de ce souvenir. Le temps aurait « reculé » de sept ans.

Il est possible d’envisager une abduction, dont seul ce fragment  diffus de mémoire apparait. (Le témoin refuse de se souvenir plus, effrayé sans doute par ce qu’il a vécu)

Le temps manquant fait intervenir la mémoire et la conscience. Nous voulons dans ce post juste considérer l’aspect du temps.

Deux autres récits sont intéressants.

L’un signale l’abduction de deux témoins qui écoutent un CD dans leur auto. Ils rencontrent un OVNi, vraisemblablement ils sont abductés (ils se souviennent d’un contact avec des petits gris). Revenu dans leur auto ils entendent exactement la même musique que lorsqu’ils ont aperçu l’OVNI. Comme si a partir de l’observation jusqu’à la fin de l’abduction, ils se situaient dans un temps « stabilisé ».

L’autre témoignage est plus étrange. Un jeune couple  roule en voiture, malencontreusement la jeune femme casse le  téléphone portable sur lequel ils écoutaient de la musique. Le conducteur en colère jette le téléphone à l’arrière de la voiture.

Une abduction du couple a lieu. Durant toute l’abduction les deux victimes entendent le programme musical qu’ils écoutaient avant de casser le téléphone.

De retour dans la voiture le jeune homme vérifie, le téléphone est cassé.

Témoignage étonnant ; durant l’abduction le temps  à-t’il « reculé » ???

Les témoignages de temps manquant sont assez unanimes ; le temps s’arrête ou est modifié.

Cela pose aussi la question, qu’en est-il d’éventuels témoins qui passeraient sur une route lorsqu’une auto est arrêtée et les occupants abductés ?

Faut-il imaginer que les lieux des abductions sont momentanément soustraient de la « réalité » de notre terre ?

Le principe immuable de la physique d’Einstein est remis en question de façon radicale.

Cela peut expliquer la raison qui fait que les scientifiques refusent d’aborder le phénomène OVNI. Ils seraient obligés de remettre en question toutes les certitudes de la science actuelle.

Rémy Chauvin a dit que le passé, le futur, le présent, ne sont qu’un « présent » qui se déplace.

Un peu comme sur un échiquier on déplace des pions, notre perception du moment avance de case en case pour être le passé ou devenir notre futur.

Le temps manquant serait l’immobilisation dans une « séquence » de ce déroulement du temps.

De même pour  les observations  qui décrivent la disparition soudaine d’un OVNI comme s’il s’éteignait, il  peut s’agir du « passage » vers une autre case de l’échiquier du temps. (Ou de l’espace)

Dans les témoignages de temps manquant, notre perception du temps n’est pas en cause, ce qui est « modifié » c’est la continuité permanente de la matière dans la chronologie.

La matière, les objets, les êtres, la nature « quittent » la continuité de ce qui est perçu ou percevable pour exister ailleurs en l’absence des repères habituels. Cet « ailleurs » nous ne pouvons pas le comprendre ni même l’imaginer.

Le modèle du « corps noir », bien que principe  fondateur de la physique quantique bafouée dans de nombreuses observations, est intéressant.

Le corps noir un objet « idéal », qui absorbe toute l’énergie électromagnétique qu’il peut recevoir et n’en émet aucune. La lumière « définie » comme une onde électromagnétique est absorbée, d’où le nom de corps noir.

La conscience que nous avons de la continuité du temps, de la matière ressemble à notre écran d’ordinateur. Nous voyons une image sur l’écran. Il y a des pixels, entre chacun d’eux un « vide », que l’œil ne perçoit pas.

Ne pouvons-nous imaginer qu’il existe dans cette continuité espace-temps-matière, des « corps noir », comme les vides entre chaque pixel de notre écran ?

La  réflexion et les calculs de Planck permettent de calculer l’infiniment petit et l’infiniment grand de façon rigoureuse.

Nous ne pouvons imaginer que la matière n’existe pas. On postule l’antimatière, mais la matière à l’état « zéro » ?

L’équation de Planck aurait un résultat ni positif, ni négatif, un résultat « neutre ».

Lors des évènements qui font le temps manquant, le déroulement de la continuité de l’espace, du temps et de la matière, est peut être « situé » entre deux nœuds vers lesquels ils convergent.

De la sorte le témoin verra le décor « arrêté », et les bruits disparaitront.

L’OVNI peut agir comme un corps noir, absorber les rayonnements existants, mettre le témoin dans une « bulle » de temps ; entre deux pixels  de l’écran….

Les OVNI ne viendraient pas d’un univers parallèle pour y retourner, mais seraient dans le nôtre.  Ils utiliseraient des vecteurs que nous ignorons des lois de la physique universelle et en maîtriseraient parfaitement la technologie.

Nous voyons les pixels qui forment l’image sur notre écran d’ordinateur sans voir les interstices entre chacun d’eux, les OVNI évolueraient dans le champ des pixels et dans les vides existant entre chacun.

Broglie dit que toute particule est une vibration, les OVNI « surfent » sur cette « vague vibratoire » et sur son absence.

Ainsi une abduction ou une observation avec un temps manquant, juxtaposerait deux phénomènes ; l’OVNI  « resterait » dans un « interstice » de temps et « fonctionnerait » comme un corps noir.  Pour imager notre propos supposons un diaporama qui défile. Le témoin est à la première image, et vit le temps manquant, le diaporama continue à défiler pour un autre observateur, pas pour le témoin.

Des témoignages qui pourraient sembler anodins, aux détails « dérisoires » remettent en cause les fondements mêmes de notre science physique.

 

 

Publicités

Un appel d’un ami…

Merci A…!   pls feel free to share my email with so if anybody has questions or experiences they can contact me    garuda79@att.net or alberthumanoid@gmail.com
Albert
Bon « nous » ne translatons pas…. OK ????

Nous avons reçu d’Albert Rosales, chercheur méritant pour sa ténacité, un recueil des observations d’ »étrangers » ou d’observations étranges durant l’année 2009.  Albert ne s’intéresse qu’aux apparitions d’humanoïdes et d’animaux extraordinaires. Il ne faut donc pas chercher dans son travail une liste précise des observations d’OVNI.

La méthodologie d’Albert, n’est pas la nôtre. Elle nous permet de regarder ces comptes rendu, de façon plus objective que si nous avions collecté les témoignages nous convenant.

Le listining d’Albert Rosales est réalisé à partir, de ce qu’il glane sur le net et des différents contacts qu’il possède. Il a référencé 141 témoignages qui portent sur une population de 410 millions de « témoins » potentiels. Sachant qu’il n’a pu être informé de tous les évènements ; cela porte à 2115 rencontres annuelles possibles sur terre, au minimum.

Le listining porte sur l’année 2009, nous avons décidé de manière arbitraire de mettre de « côté » les témoignages d’animaux extraordinaires style chupacabras ou bigfoot.

Il y en a 14, restent donc sur les 141 cas recensés par Albert 126, de contacts avec des « humanoïdes ».

Certains peuvent être le fait d’illusion, ou de méprise. Ils sont très peu nombreux.

Il nous est apparu l’absence de « violence ». Nous n’avons pas lu de rapt entrainant des séances « médicales » douloureuses ou contraintes. Rien ne peut être négligé puisque

certains témoignages font supposer qu’ils sont morts à la précision. Une altération « définitive » de la mémoire a eut lieu. C’est le cas pour des « observations » de phénomènes lumineux par plusieurs témoins durant 20 minutes. Vérification faite le temps manquant est de 1 à 2 heures. Que peut-il s’être passé ?? Les témoins ne souffrant ni de blessures, ni de séquelles quel qu’elles soient ne cherchent pas à comprendre ce temps manquant. On peut envisager un écran mnésique très efficace qui occulte de la façon la plus opaque tout souvenir.

Des témoignages relatent la rencontre d’enfants ou de jeunes adultes qui ne semblent pas « entièrement » humains et paraissent « faire un stage » d’acclimatations à la vie humaine.

Ces rencontres ont eu lieu ; en France, en Allemagne, aux USA, et en Amérique du sud, il n’y a pas de frontières humaines pour ce type de rencontre. Ces rencontres ne sont jamais « agressives », elles mettent l’observateur humain très mal à l’aise, parfois paniqué.

Il y a peu d’interactions, comme si des hybrides venaient « tester »  leur capacité à vivre au milieu de nous. Il y a 8 de ces témoignages sur le total de 126. (6%)

Les chiffres ne veulent pas dire grand-chose quand on s’aperçoit que 15 témoins se souviennent d’une « téléportation », 10 de « visite en chambre », et 31 de contact direct avec des humanoïdes. Il n’y a pas de corrélations directes ou automatiques entre les temps manquant, les contacts, les observations. Il n’y a pas de certitudes quant à la réalité de ce que décrit le témoin et la réalité du fait. Par exemple un chauffeur routier « entre » dans un banc de brouillard. Il en sort ¾ heure plus tard et à 5 kilomètres de l’endroit initial. Il ne se souvient de rien.

Les humanoïdes les plus « rencontré » sont les petits gris, souvent associés à des « nordiques » et deux fois à des reptiliens. Ces entités reptiliennes souvent fréquentes dans les enquêtes de karla Turner notamment, sont peu vues en cette année 2009 dans la compilation d’Albert Rosales.

Les « nordiques » sont très présents. Souvent observés et rencontré en Arizona par deux jeunes hommes, avec lesquels la discussion s’est engagée. Comme très souvent dans ces messages, la portée apocalyptique est conséquente.

Trois témoignages font état d’une demande des « étrangers » envers les humains pour  les accompagner. Pour un ; sans préciser de durée de temps, pour l’autre durant 3 ans, le troisième est surprenant. A l’intérieur d’un OVNI, une dame âgée, se voit le soir de Noël 2009 rencontrer des enfants hybrides. Certains la remercient d’être venue, d’autres veulent venir sur ses genoux, d’autres sont méfiants. La description d’une « halte-garderie » ou d’une crèche.

Lorsque les « abductés » disent leur souhait de rentrer chez eux, ils sont ramenés.

Il y a sur les 126 cas de contacts un seul fait état d’un échange oral. Tous les autres relatent les contacts par télépathie.

Les témoins qui sont entré dans un OVNI sont « arrivés » dans une pièce blanche, avec un éclairage blanc.  Un seul décrit un couloir obscur avant de pénétrer dans « la pièce » blanche. Dans ces pièces blanches les témoins rencontrent des « petits gris ». Sur tous ces témoignages aucun ne fait allusion à un examen médical violent.

Les « petits gris » semblaient à l’écoute des témoins, lorsque certains ont posé des questions auxquelles les « P.G. » ne pouvaient répondre, ils étaient amenés dans une autre pièce aux murs sombres (noirs ?), éclairée de bleu. Est-ce le signe d’un changement de hiérarchie, d’atmosphère, de composition de l’air ??

Ce qu’il est convenu d’appeler « les visites en chambre », sont très courantes. Et impliquent un nombre important d’ »étrangers », de 4 à 15.

Ces vécus posent à chaque fois les mêmes questions ; comment expliquer le « passage » à travers les murs, les fenêtres, les disparitions soudaines, etc…

Un autre phénomène est récurrent dans les témoignages d’Albert Rosales ; les MIB.
Les « hommes en noirs » ne sont plus décrits comme des individus étranges, portant des vêtements démodés, mais comme des agents du gouvernement travaillant pour une « officine » secrète. Leur arrivée après une rencontre, une abduction, est très rapide. Il conviendrait de se demander la façon dont ils sont prévenus aussi vite et quelle est la logistique qui leur permet d’avoir des véhicules à disposition de manière quasi instantanée.

Les témoins les décrivent comme très coercitifs et peu aimable.

Des recherches potentielles très intéressantes sont évidemment sous jacentes à ce travail, nous pensons aux créatures ailées observées ces derniers temps partout dans le monde.

Nous nous sommes limités aux contacts et plus précisément les abductions.

Vous pouvez recevoir cette compilation sur simple demande.

Et retrouver  les travaux d’Albert Rosales sur son site ; www.ufoinfo.com

 

 

 

 

 

 

Une mère raconte..

Kentucky 10 juin 2010

Ref du Mufon  24796.

Il y a un mois mon fils est venu tôt dans ma chambre. Il était visiblement effrayé et contrarié.

Habituellement,  je ne prête guère attention aux récits de ses rêves, ce jour là il était si énervé et irrité que j’ai écouté très sérieusement.

Il me dit qu’il avait rêvé qu’il était enlevé par des « étrangers ».

Des petits hommes gris l’avaient emmené par la porte jusqu’à leur « navire ». Il me dit que les petits hommes gris avaient de grands yeux. Quand j’ai demandé comment était leur nez, avec ses doigts, il a relevé ses narines vers le front.

J’ai posé des questions sur leurs mains et leurs doigts, il a répondu ; comme des baguettes fines.

Il a dit que le « navire » était en « argent » avec des lumières, jaunes, vertes et blanches. C’était une boule avec un anneau autour.

Il a dit qu’ils étaient partis sur la Lune. Que les petits hommes gris parlaient à voix basses et lui disaient « Reste…reste avec nous ». Mais lui a dit qu’il avait peur et qu’il voulait rentrer chez sa mère.

Je sais que chacun peut être influencé par ce qu’il regarde à la télévision, mais mon fils n’a jamais vu un tel spectacle à la télé.

Mon fils venait juste d’avoir 5 ans et je sais qu’il me disait la vérité avec beaucoup de détails qu’il ne pouvait pas imaginer.

Je sais que cela aurait pu être un rêve mais, certaines personnes se souviennent d’une abduction de cette façon.

http://www.examiner.com

 

Abductions l’avis De Billy Booth.

Billy Booth

Ecrivain, ufologue, membre du MUFON.

http://ufos.about.com/od/aliensalienabduction/i/abductionissue.htm

Aujourd’hui, les enlèvements  par des « étrangers » sont beaucoup moins signalés.
Plusieurs raison à cela ; les  démarches effectuées auprès des abductés, révèlent parfois des détails que le sujet ne confierait qu’en privé et avec certaines réticences.

La divulgation publique de l’abduction peut être discréditée, l’abducté peut devenir  alors la risée de son entourage professionnel et peut-être familial.

Aux Usa cela peut aller jusqu’à la perte de son emploi. Le journaliste qui tente de publier un article sur les abductions ou les observations d’OVNI est traité de « nuts ».

De plus, depuis 10 ans environ, des scientifiques ont avancé la théorie de la paralysie du sommeil. Cette hypothèse jette un discrédit très lourd et très grave sur les abductions.

L’abduction serait un rêve mécréant que la victime crée durant son sommeil a partir d’un matériel vu à la télé ou imaginé….

Dès lors le secours des abductés ne peut venir que des spécialistes de l’hypnose régressive.

Nous souscrivons à la « multidimensionnalité » de l’existence et  nous admettons qu’il y a d’autres formes de vie que la nôtre, dès lors pour quelle raison les « étrangers » s’intéressent-ils à nous qui sommes de loin bien moins intelligent qu’eux. ?

Ceux qui ont été enlevé possèdent leur histoire, mais précisément que leur histoire.

Ils ont besoin d’une aide ; psychologique, d’hypnose régressive, cette « revendication » de leur  enlèvement  n’est en fait pas une illusion, mais une tentative d’auto-guérison.

 

Implants -1-

Sur le net, concernant les implants « étrangers », on trouve un peu tout et pas grand-chose….

Le psychiatre John Mack a assisté à l’extraction d’un implant contenant de l’aluminium, de l’oxygène, de la silicone, du carbone et de la chlorine.
Les implants extrait le sont dans des parties du corps, souvent proches des articulations. Mains, genoux, poignets…C’est ce  qu’affirme le Dr Leir (Personnage contesté)
Le Dr Leir  pense qu’ils sont des récepteurs proprioceptifs (Ils sont directement reliés à nos sensations profondes et mettent en jeu l’arc réflexe du système nerveux central /SNC).
Une fois enlevés, certains se dissolvent, d’autres se « perdent » dans un labo d’analyse !
Il est très difficile de suivre les résultats des travaux de ce Dr Leir.

On a plus le sentiment de suivre une série d’anecdotes malencontreuses qu’une analyse précise avec une méthodologie arrêtée.
Il y a les implants que nous ne connaîtrons jamais. Ceux dont les « gardiens » ignorent qu’ils les portent, que l’on ne peut découvrir que fortuitement lors d’un examen médical et ceux  qui ont un implant « inopérable ».
Cependant en faisant un effort, il est possible de trouver quelques informations sur les éléments chimiques constitutifs de ces implants.

Dans le cas de l’implant que John Mack a vu, il contenait de l’oxyde d’aluminium ; métal non conducteur, de la chlorine un élément organique à l’inverse de la silicone. Quant au carbone il en existe de différentes compositions……
Les éléments les plus fréquemment identifiés, parmi les implants extraits, sont ; Le bore, les Chlorapatites (là aussi il en existe de différentes compositions avec des caractéristiques propres à chacune d’elles), le ou la Goethite, des phosphures de fer, du baryum, du nickel, de l’Europium, du Ruthenium , du Samarium, du Carbone.

Le samarium, le ruthenium , l’europium, la goethite sont rare sur terre. On trouve de la goethite sur Mars et de l’europium sur la Lune. Le bore, mauvais conducteur d’électricité est, allié au fer un aimant puissant, comme le samarium lorsqu’il est combiné au cobalt.

A l’inverse le ruthenium n’offre aucune résistance aux courants électriques et ne génère aucun champ magnétique. A l’inverse du nickel qui est très perméable aux champs magnétiques. Le nickel allié au zinc peut être un accumulateur !
L’europium et le samarium sont des capteurs de neutrons. (Neutrons thermiques pour le samarium).

Etonnant, nous utilisons le carbone (C12) pour réaliser les imageries de l’activité cognitive (IRM) !!!
Il semble d’abord qu’il y a une utilisation de métaux peu répandu sur terre, qu’il y ait des alliages complexes qui font intervenir les propriétés mécaniques, physiques, des éléments mais aussi leurs capacités chimiques. Le bore dans certaines conditions d’alliage permet aux molécules de communiquer entre elles. L’europium permet de déplacer les noyaux des atomes et d’organiser la molécule dans laquelle il se trouve.
Cette capacité à une nano métallurgie démontre, que ces implants ne sont sans doute pas terrestres. S’ils ont été « fabriqués » avec autant de recherches, de précision, ils ont certainement un rôle actif.

Les caractéristiques qui semblent les plus flagrantes, ont un lien avec le magnétisme corporel.
Ils sont implantés pour longtemps. Ils ne génèrent pas de fibroses, ils semblent même conçu pour créer  une enveloppe protéinique évitant les « inconvénients » de rejet, qui les ferraient découvrir.
Les chlorapatites (présentent dans de nombreuses météorites), contiennent de l’uranium U238 qui ne se désagrège pas ! Cela confirme l’idée de durée.
Relais émetteur, puce de contrôle, GPS individuel ?

Il reste donc une grande frustration, essayer de comprendre, de percevoir, la chimie très complexe entre les combinaisons d’éléments métalliques et organiques ou inorganiques…
Quand nous connaitrons mieux la chimie cérébrale, la capacité du cerveau à générer des flux électriques ou magnétique peut-être que……..

Temps manquant

Nous recevons d’Albert Rosales, ufologue infatigable, sa « newsletter » d’octobre 2010.

La liste des témoignages, ne se veut pas exhaustive.

http://www.ufoinfo.com

Parmi les 11 témoignages qu’il a pu collecter sur le mois d’août aux USA, 2 sont ce qu’il appelle des « visites en chambre », 4 comportent un « temps manquant ».

La « visite en chambre » est la présence d’ »étrangers », qui réveille la victime.

Sur ces 11 témoignages ayant eu lieu aux USA sur le seul mois d’août, 63% font état de présence « étrangère » ou d’influences physiques sur des victimes.

Certains de ces « missing times », n’impliquent que la présence de lumières sans observation d’ »étrangers ». Il se peut qu’une mémoire-écran ait été implanté chez les sujets.

Il semble y avoir un crescendo dans l’intervention « étrangère ». Plus de la moitié des observations font état d’une interférence. Lorsque la présence d’ »étrangers » a eut lieu, il n’y a pas de « temps-manquant ».

Est-ce une évolution de la méthodologie « étrangère » ou l’émergence d’une recherche différente ?

Celle-ci serait plus pernicieuse, car les victimes n’ayant que le souvenir d’avoir observé une lueur, ne pensent pas à une possible abduction qui aurait pu avoir lieu.